SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "62") AND (expires > '2021-04-16 04:35:58' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1
04/04/2014

Lydia Horel l'interview


News Apnée

S'ils ont tous pour point commun une passion viscérale pour l'apnée, les apnéistes ont plus ou moins tous un caractère différent. Certains attireront plus la lumière et d'autres bien plus discrets se contentent de vivre cette passion d'une manière plus intériorisée et pas forcément moins performante. Lydia Horel fait partie de cette deuxième catégorie. Effacée, discrète, elle n'en est pas moins performante avec déjà quelques jolies médailles nationales à son actif.

Bref une interview s'imposait, la voici !

 

Lydia Horel

 

1- Nom, prénom, âge, job et palmarès ?

Horel Lydia, 28 ans, Naturopathe et étudiante en psychologie. Palmarès : des médailles lors des compétitions depuis un an, et une 3e place en Dnf au dernier Championnat de France à Montluçon.

 

2- Quel est ton passif sportif en dehors de l'apnée ?

L-H: Vécu hors apnée J’ai surtout pratiqué heu….de la danse ! De la GRS quand j’étais petite, puis toutes sortes de danses jusqu’à aujourd’hui, toujours à titre de loisir. Sinon un peu de vélo et de piscine comme tout le monde, mais jamais en club. Je pratique le yoga depuis quelques temps et j’ai commencé à prendre des cours de natation il y a un mois ! Il est vrai que je n’ai débuté l’apnée qu’il y a un an et demi et je prends conscience que la pratique d’autres sports devient nécessaire.

 

3- Ce week end, on t'a senti bien en forme et on te voit d'ailleurs d'adjuger le Dnf, alors heureuse ?

L-H:  Oui très ! 120m c’était bien, je ne voulais pas trop pousser. Le dynamique sans palme est la discipline que je préfère.

 

Lydia Horel

Lydia Horel et Vanessa Perret

 

4- Comment as-tu vécu le we à Besançon ?

L-H: Ce fut une très belle compétition, avec du haut niveau. Je l’ai bien vécue et j’ai réussi à me faire plaisir sur le Dnf. Chaque compétition me donne l’occasion d’en apprendre d’avantage sur moi-même, sur ma capacité à gérer mon stress, et sur les  possibilités de repousser mes limites. Que du positif ! En plus de retrouver les copains et de pouvoir échanger avec d’autres athlètes, c’était top.

 

5- Chartres arrive à la vitesse de l’éclair, comment t’y projettes-tu ?

L-H: J’essaie de ne pas me projeter justement ! Mais je m’y prépare… en m’entraînant, et en faisant du mieux que je peux. Ce qu’il se passera là-bas, on verra bien.

 

Lydia Horel

 

6- Côté entraînement, comment cela se passe pour toi ?

L-H: 3 entraînements d’apnée par semaine, une à deux séances de natation, du yoga et des étirements. Pour moi, l’aspect mental est un entraînement à essayer de ne pas me projeter justement ! Mais je m’y prépare… en m’entraînant, à part entière, c’est pour cela que je pratique assez régulièrement la sophrologie et la visualisation. J’échange le plus possible avec des athlètes qui ont plus d’expérience que moi et cela m’apporte beaucoup, d’ailleurs je les en remercie ! Je pense qu’il y a autant de façon de faire que d’athlètes, le challenge étant de trouver ce qui nous correspond vraiment et de se donner les moyens de le mettre en œuvre. Depuis quelques mois je cherche un coach, mais n’ai pas encore trouvé chaussure à mon pied, alors je continue comme ça, on verra bien !

 

7- Tes objectifs pour cette année ?

L-H: Il me reste la finale de la manche de Coupe de France à Montreuil et le Championnat à Chartres pour cette année. Mes objectifs : découvrir où sont mes limites !

 

Lydia Horel par Eric Flogny

Lydia Horel par Eric Flogny

 

 

8- Le mot de la fin ?

L-H: Du plaisir sous l’eau ! Et le plus important : rester à l’écoute…

 

Merci encore à elle, et puisque l'on est le 4 avril et que c'est la date de son anniversaire, souhaitons lui un bon anniversaire !

 

 


© Copyright Thomas PONS pour PSM-CAFE
Site propulsé par CMS Made Simple