SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "62") AND (expires > '2021-04-20 03:44:12' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1
09/01/2013

Apnée: Xavier Delpit, secret d'année d'exception.


News Apnée

Xavier Delpit avait réalisé un belle saison 2011 et aura été une des grosses sensations de l'année 2012 avec en prime un record du monde en Jump Blue lors des derniers championnats d'Europe en Turquie.

Interview d'un recordman pas commun !

 

Xavier Delpit FFESSM apnée

 

1 Grosse perf à Montluçon, record et titre en Turquie, belle perf à Angers pour cette première épreuve de coupe de France, alors 2012 l'année Xavier Delpit, comment as tu vécu chronologiquement tous ces évènements ?

Xavier Delpit : Après 2011 l’année « surprise » ou 6 mois à peine après avoir commencé l’apnée en compétition je sors un 180m DYN avec le sourire qui me catapulte dans l’aventure équipe de France et les mondiaux CMAS 3 mois après.
Cette année était pour moi le moment, à la fois de justifier pleinement ma place dans l’équipe et le choix sur l’avenir du staff France l’année dernière, mais surtout, je l’espérais bien, accrocher une première belle perf au niveau international.
J’ai eu un véritable coup de foudre l’année dernière aux mondiaux pour le Jump Blue, épreuve redécouverte à ce moment par l’équipe de France, qui est pour moi une magnifique discipline rassemblant une part des sensations et de la technique des épreuves de profondeur, de la dynamique, avec un sentiment plus fort de jouer en mer autour de ce parcours atypique qui me rappelle un peu mes apnées avec les dauphins d’Egypte.
Ayant fini 5e des qualifs l’année dernière, je sentais que j’avais le potentiel en travaillant cette discipline de « faire quelque chose », après, restait à savoir quoi !
Les Français ont été préparés de façon assez courte, n’ayant commencé à travailler avec François Steers que 3 mois auparavant, je voulais remporter le dyn, et était près pour plus de 200, ce qui a effectivement suffit, étant très pénalisé par le DNF (ma technique de brasse est horrible) je ne visais pas le titre, mais nous avions vu qu’il y avait très probablement un « bon coup » tactique à jouer si je me sentais capable de faire une bonne statique, et malgré un échauffement très perturbé par la température, fait à moitié et un changement de combi au dernier moment , mes 7’09 me placent sur la première place du combiné que je n’avais jamais remporté !

 

Xavier Delpit avant son apnée dynamique photo: Olivier Fricker

 

A commencé ensuite le « gros travail » spécifique en vue des Championnats d’Europe CMAS.
J’ai essayé d’aborder les championnats d'Europe assez sereinement (c’est toujours relatif, lol) notamment avec la pression d’ouvrir les hostilités, aidé en cela par la présence d’Alain Richioud dans ma chambre avec sa confiance en moi et son mental à toute épreuve ; et je profite enfin des 48 premières heures pour me reposer ! (mon rythme dans l’année est pour le moins éprouvant…)
Malgré des horaires épuisants (lever à 4h30 pour le transfert) l’entrainement sur site la veille me met dans de bonnes conditions.
Le jour des qualifs, placé tôt dans l’ordre de passage, nous décidons de taper assez fort pour assurer une place en finale et les bonnes sensations de la veille se confirment avec 161m, ce qui me place idéalement 3e. Les soins magiques d’ostéo de Kevin Provenziani le soir pour la récupération seront un autre point clé pour l’enchainement des perfs très exigeant et spécifique aux compétitions CMAS.
Le jour de la finale aura été riche en émotion, Sophie Jacquin, mon amie, mon modèle !, sort en syncope 1hr avant mon passage, tout s’effondre, chez les garçons les perfs s’envolent très vite, le record du monde est battu une première fois, puis explose. Lors de mon passage, il faut battre le record précédent pour être sur le podium et il reste encore les deux croates, notamment Goran Colak, champions du monde en embuscade, la pression est énorme !, je tente de me calmer, je suis dans les bras d’Arnaud Ponche qui me tient pour le départ, que nous avons travaillé tant de fois ensemble, je me mets dans ma bulle, sens son soutien, me rappelle les mots d’encouragement de Robert Brunet notre préparateur passionné et pars en ne pensant qu’a ma nage. La première moitié de la perf est assez désagréable par rapport à la veille, j’enchaine mécaniquement les virages, puis me sens de mieux en mieux mais très frais même si les cuisses commencent à bruler et durcir terriblement, dans ma tête je veux venger Sophie, me faire plaisir, écoute mes sensations à fond pour ne pas me faire piéger mais je suis vraiment au top pour ce jour J et peut poser mon marqueur à 185m, avec même encore un peu de jus sous la palme. Je pense être premier en croyant être 3m plus loin que Michèle Giorgola (dont la marque était en fait aussi de 185m), et sors avec un énorme sourire, devant les larmes d’Arnaud et les staff italiens et croates médusés. Derrière, les
croates s’effondrent littéralement, ma première place se confirme (ex æquo à 185m avec Michèle mais meilleure perf en qualif) et essaie de consoler Sophie avec toutes les émotions de cette victoire magnifique.

Après encore de nombreuses émotions sur ces championnats, un mois de « décompression », tous les garçons de l’équipe se sont ensuite retrouvés (fatigués !) à Angers, plus pour l’occasion que la compétition (ce n’est pas du tout le but ;-) ) car la saison a été très longue pour nous, personne ne s’est ré entrainé sérieusement et c’est en l’abordant très « cool » et sans vouloir forcer que je me fais plaisir en ressortant de nouveau à presque 200 très frais, 1hr après un 6mn « facile » ce qui est de très bonne augure pour cette année (nb je dnf toujours aussi mal et c’est Nicolas Proquin qui gagnera le combiné).

 

2 Pas de progrès sans entraînements, alors le secret Delpit c'est quoi ?

Mon entraînement est assez « classique » , mélange l’apnée bien évidemment, de la NAP avec mon club de Versailles depuis

1 an et un peu de PPG par saison.
Le « secret » a été une préparation méticuleuse notamment avec le staff France et de nombreuses répétition pour le Jump Blue avec un gros travail vidéo décortiqué par Arnaud Ponche (notre responsable technique), la chance énorme d’avoir l’équipe de Mulhouse et Sélestat, qui nous a installé le premier Jump Blue au monde en gravière ! A la gravière du Fort sur lequel nous avons pu nous entrainer cet été et des séries spécifiques concoctées par Francois Steers le grand sorcier, pour le rythme de nage du jump, plus constant et soutenu qu’une perf en dynamique avec une quinzaine de jours en profondeur pour me faire en prime plaisir en profondeur (que je « découvre ») au Blue Hole de Dahab avec Brian Crossland.

 

François Steers et Sophie Jacquin

 

3 On t'avait vu assez proche de Mr Steers le coach de Sophie Jacquin, quel influence a eu ce rapprochement ?

Francois Steers est très officiellement mon entraineur et gourou d’apnée depuis mars. Même si nous sommes obligés de travailler à distance, c’est un excellent tandem, je fais aveuglément (et c’est une première pour moi) confiance à ses compétences et son talent, déjà prouvé par les perfs de

Sophie, qui rebondira très fort cette année, malheureusement il manque son regard au quotidien sur le DNF, mais je retourne très prochainement auprès de lui pour travailler en direct 15 jours (et fêter tous nos titres !)

 

4 Avec une telle saison 2012, quels sont tes objectifs pour 2013 ?

Mes objectifs sont surtout et toujours de m’entrainer, de progresser et d’arriver le plus loin possible, je ne sais pas encore si le Jump Blue sera au programme des prochains championnats, ce sera évidemment si c’est le cas un gros objectif, mais je vais travailler également plus spécifiquement le DYN cette année, plus reconnu de tout le monde.
Le statique devrait également progresser, il me manque encore des clés pour y être vraiment fort mais je suis encore un jeune apnéiste !

 

5 Avec un tel palmarès nul doute que tout le monde va t'attendre l'année prochaine, comment vas tu vivre cette pression ?

J’ai maintenant un titre de Champion d’Europe CMAS et de co-recordman du monde qui sont une grosse base de confiance, un excellent entraineur, des bons sites d’entrainement, je vais continuer à travailler, la pression est différente chaque année, mais c’est plutôt un élément motivant avec lequel j’ai toujours composé, surtout professionnellement

 

Xavier Delpit FFESSM apnée

Photo O.Fricker

 

6 Côté matos, l'apnée version Xavier Delpit "Touch" nécessite quoi ?

je suis propulsé depuis 1 an par une Oleg carbone qui me va parfaitement, mes combis sont l’aquaskin ou l’orca ou une combi de nage pour les perfs dyn, rien de très sorcier, et un beau plomb de cou manufacturé par Guerric Courson, mon buddy versaillais qui libère les épaules et est parfait pour le DYN

 

7 On te connaît sportif de haut niveau mais on te connaît moins dans ton métier de tous les jours (chirurgien de la main) pas trop difficile de marier les deux ?

Extrêmement difficile, lourd, exigeant et épuisant !!! j’ai tout d’abord refusé l’équipe de France pour cela, mais suit revenu sur ma décision en me disant qu’on ne vivait une telle aventure qu’une fois, mais je ne pourrai pas suivre ce rythme indéfiniment (ni mon amie ou mon assistante) ni sans leur aide précieuse au quotidien, le temps qui n’est pas consacré à mon travail (qui me passionne toujours autant et que je ne conçois pas de faire sans s’y être totalement investi) et à l’apnée en devient ridicule.
Mais c’est une très belle aventure, les apnéistes sont plus que d’autres je crois riches en qualités humaines, je me sens bien dans l’eau et ce titre me motive encore plus !
Par ailleurs, à haut niveau, ce métier, tel que je conçois de le pratiquer , avec une extrême exigence et disponibilité pour donner toujours le meilleur possible est une excellente préparation mentale à l’apnée en terme de volonté, d’exigence, de maîtrise du stress et de soi, ce qui est une de mes qualités fortes sur les compétitions.

 

Le Jump Blue

 

8 A l'international on te connaît donc pour ton titre en Jump Blue mais aussi ce record partagé. Alors, un record tout seul en vue ?

On me découvre plutôt !
Qu’on me donne un Jump Blue aux prochains Championnats du Monde CMAS et ce sera bien l’idée ! surtout au vu de la réserve encore présente à 185m… Même si chaque compétiteur en apnée sait que rien n’est joué avant la fin de la perf, et pour qui que ce soit ! (cf : Goran Colak qui s’est incroyablement écroulé sur ces championnats).

 

9 Le mot de la fin ?

Un immense MERCI !!! j’ai le bonheur d’être au sommet d’une magnifique pyramide, mais ce titre et ce record appartiennent à toutes les pierres, petites ou grosses, qui la constitue et l’ont faite monter aussi haut, bien évidemment au premier plan ma doudou, François Steers, maîtres sorcier de l’apnée, le staff France de la FFESSM (l’énergie inépuisable d’Olivia Fricker notre capitaine, les entrainements intensifs et « bousculants » de notre lieutenant de vaisseau et coach (et fort apnéiste !) Christian Vogler, l’intense complicité d’Arnaud Ponche, les mots rassurants et de confiance de Robert Brunet), Alexis Duvivier « off » pour ses études cette année mais qui est toujours très présent et d’excellent conseil (et attention à son retour !), mon club de Versailles (et son très dynamique président Jean-Claude Grill), les clubs de Maurepas, la 7e à paris et le PPO, mais surtout tous mes partenaires d’entrainement pour leur surveillance, leur bienveillance (et qui bien souvent me laissent même le passage pour faire « mes trucs ») et leur encouragements précieux.

 

 

 


© Copyright Thomas PONS pour PSM-CAFE
Site propulsé par CMS Made Simple