SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "50") AND (expires > '2021-04-20 23:56:01' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1


SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "51") AND (expires > '2021-04-20 23:56:01' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1


SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "53") AND (expires > '2021-04-20 23:56:01' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1


SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "49") AND (expires > '2021-04-20 23:56:01' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1
03/01/2009

A vos masques, le comparatifs des masques 2008


Comparatifs

S’il est bien un élément qui soit indispensable afin de pratiquer notre passion, c’est bien le masque. Ergonomique, coloré ou non, cet élément revêt un caractère éminemment personnel. Raison de plus pour ne pas rater son choix !

 

 

Un masque certes mais pas n’importe quoi ?

Au même titre que le choix d’une combinaison, l’élection d’un masque n’est jamais un choix des plus simples. Ainsi, il faut bien comprendre dés le départ de votre recherche que ce dernier vous accompagnant dans toutes vos sorties, il devra donc correspondre au maximum au style de ces dernières. Il serait totalement illogique en effet d’investir dans un masque au volume important si l’essentiel de votre pratique se situe dans des profondeurs importantes (volume intérieur à compenser trop important), et inversement. Pareillement pour la couleur de vos verres, si vous êtes un fanatique des sorties tard le soir ou à l’aube, il serait assez illogique de prendre des verres fumés ou miroirs.

Vous l’aurez compris, comme souvent avant cet achat faites le point sur vos besoins, vos désirs,…, le choix et surtout la satisfaction que vous tirerez de l’utilisation de ce précieux matériel n’en seront que plus importants.

 

Que choisir ?

Si dans l’absolue, le masque idéal devrait avoir un volume ultra réduit, ainsi qu’un champ de vision gigantesque, il masquerait le regard au poisson sans pour autant diminuer notre vision dans le sombre, il devrait enfin et évidemment être incroyablement confortable et enveloppant sans pour autant être trop souple. Bref, rassurez vous ou sortez les mouchoirs, si les marques ont considérablement progressé ces dernières années, ce masque idéal n’est pas encore parmi nous. Ainsi, comme dit précédemment, il faudra faire des concessions (le moins possible malgré tout) afin que ce dernier vous corresponde au maximum.

 

Si vous êtes un chasseur peu profond, il sera intéressant de privilégier des modèles possédant le champs de vision le plus développé afin d’avoir la meilleure vue possible et ce peu importe les histoires de volume, la compensation extrême n’étant pas un soucis à ce niveau. Autre nécessité possible dans ce cas : l’aide au camouflage. Evoluant dans un milieu encore assez lumineux, il peut être intéressant de faire en sorte que votre masque contribue lui aussi à votre mimétisme aquatique et pas seulement par sa couleur. On le sait aujourd’hui plus ou moins, les poissons sont relativement sensibles au mouvement des yeux et ici donc des verres miroir pourront être une aide précieuse.

 

A l’inverse, si vous vous destinez à des évolutions plus profondes, le maître mot dans votre recherche sera la facilitation d’accès aux profondeurs. Le masque devra donc comporter un volume plus minimaliste et surtout être confortable afin que l’écrasement du à cette dernière ne transforme vos descentes en véritables séances sado-masochiste. On parlera donc dans cette catégorie de meilleur rapport volume/champs de vision.

A vous de jouer à présent !

Masque et e-business compatible ?

Tout le monde en est conscient, Internet représente souvent une solution plus qu’intéressante pour envisager un achat et notre activité n’est pas l’exception à cette remarque. Toutefois, acheter un masque, c’est aussi choisir un élément que l’on va avoir sur le visage et avec plus ou moins de pression durant de longues heures, l’essayage prend une fois de plus une place particulièrement importante. Ainsi peut être ici plus qu’ailleurs, il peut parfois sembler risqué de commander directement sur le net ou sur certains site d’enchères sans avoir eu le masque dans les mains. Conscient de ce besoin, nous essayerons autant que possible de vous guider au mieux au long de ces pages mais que cela ne vous fasse pas oublier qu’un masque s’essaye aussi avant d’être une bonne affaire.


Test mode d’emploi :

Pour réaliser ce comparatif, nous avons testé ces modèles dans le maximum de situations y compris dans des domaines qui ne correspondaient pas forcément au domaine de prédilection de ces derniers.

Ainsi, ces masques ont été testés dans des conditions peu profondes à profondes en apnée et pêche sous marine (surface à 31 mètres). Par ailleurs afin de parfaire plus encore l’analyse du comportement de chaque modèle, chacun a été testé par notre plongeur bouteille favori jusqu’à un peu plus de 50 mètres.

Vous retrouverez en plus de ces constatations, nos traditionnels tests mécaniques. Cette fois ci, ils constituent en une mesure du volume interne constatée ainsi que du champs de vision réel.

Pour le champ de vision, nous avons placé des lampes à la place des yeux sur une tête en polystyrène. Grâce à ce système, nous avons pu mesurer, en centimètres, la longueur et la largeur de la surface de lumière projetée sur le mur (situé à environ 30 cm du masque).

Pour le volume interne, le masque est positionné et réglé conformément à l’anatomie du testeur. Cette opération effectuée, ce dernier va immerger son visage dans l’eau et remplir totalement le masque. Puis se positionnant au-dessus d’un récipient, il lui reste à vider le masque dans celui-ci. L’eau ainsi recueillie est pesée et va nous donner une idée du volume pratique de ce masque. L’opération est réalisée avec trois visages différents pour chaque modèle.



LE TEST :

AQUALUNG Micromask

 

 

Présentation

Nouveauté 2007, le Micromask se remarque par une conception assez novatrice dans la gamme Aqualung. Equipé d’un cerclage ultra minimaliste, ce modèle est doté d’un jupe assez souple et de taille réduite, objectif : rapprocher au maximum le masque des yeux. Le système de réglage est articulé dans tous les sens et se règle facilement par pression sur les boutons poussoirs. De son côté la sangle est bien souple et crantée tous les 2mm. Bref aucun soucis pour le réglage. Enfin, le champ de vision est étendu surtout si l’on prend en compte le faible volume de ce modèle.

Action

Assez étroit, ce modèle s’il est utilisable par tous montre toutefois une préférence pour des visages moyens à étroits. Facile à régler, il dégage une bonne impression de confort en toute situation. En surface et dans des profondeurs moyennes, ce modèle s’appuie sur un champ de vision étendu autant que performant. A mesure que l’on s’enfonce dans des profondeurs plus importantes, le Micromask garde le même niveau de performance et prend sa place parmi les leaders les plus profonds. Côté compensation enfin, rien à signaler, la jupe souple jouant bien son rôle et le passage de doigts parmi les plus importants y contribuant à son tour.

 

 

Conclusion

A peine arrivé sur le marché, ce modèle prend directement sa place parmi les leaders de ce test et plus particulièrement lorsque l’on aborde une utilisation profonde. Bien construit et robuste, performant et doté d’un bon champ de vision, le Micromask possède tous les atouts pour satisfaire le plus grand nombre (quelques millimètres en plus pour la largeur et il se serait aussi attiré les faveurs des plus larges d’entre nous !)

 

Le plus : - un rapport champ de vision/ faible volume vraiment très intéressant


Le moins : - un peu trop étroit pour les plus large d’entre nous

 

 

BEUCHAT Mundial

 

 

Présentation :
Sous une apparence assez classique, le Mundial a été jusqu’aujourd’hui la valeur sure de chez Beuchat. Robuste et bien construit, il est équipé d’un jupe assez souple et ergonomique. Equipé d’un système de réglage assez simple et fixé sur le cerclage, ce modèle se règle sans réel soucis. La sangle est bien souple et contribue encore au confort. Enfin le champ de vision sans être parmi les plus vastes  représente déjà un compromis intéressant.
Action
Arrivé à l’eau, on retrouve comme prévu un modèle assez confortable (moins toutefois que le Micromax) et relativement simple à régler. Trouvant facilement sa place sur tous les visages, son champ de vision lui permet d’être assez  performant en surface et dans des profondeurs moyennes. Plus profondément, la compensation se fait sans problème et contribue à faciliter les descentes. Arrivé au fond, ce modèle reste bien posé sur le visage sans amener de sensations gênantes même dans des utilisations extrêmes. Enfin, avec son passage de doigts bien large, la compensation se réalise sans plus de soucis.

 

Conclusion
Bien conçu et robuste, le Mundial représentait une valeur sure chez Beuchat. Un peu éclipsé aujourd’hui par l’arrivée du Micromax, le Mundial reste un modèle assez polyvalent et relativement performant. Bref, s’il n’est plus parmi les leaders, il reste un choix intéressant pour son côté polyvalent.


Le plus : - polyvalent et bien conçu
Le moins : un peu trop classique

 

 

 

BEUCHAT Micromax

 

 

Présentation
Tout nouveau chez Beuchat, le Micromax, comme son nom l’indique, se démarque par son faible volume interne et son assez large champ de vision. Beuchat, pour ce modèle a particulièrement travaillé l’angle de vision latérale, plus large que sur ses masques classiques. Il est doté de boucles de réglage fixées directement sur la jupe. Sa jupe très confortable est disponible en noir ou Camo pour la chasse, et transparente pour la plongée. Il peut être équipé de verres correcteurs grâce à un système de démontage pratique.
Action
En action, le Micromax confirme sa première bonne impression. Confortable grâce à sa jupe bien souple et facile à régler, il sait s’adapter au maximum de visages sans jamais se faire ressentir. Une fois immergé, la compensation se fait sans soucis ni autre fuite, le passage de doigts très développé facilite encore la manœuvre. Au fond, nous retrouvons le confort rencontré en surface et cela à toutes profondeurs. S’appuyant sur un bon champ de vision, le Micromax entre directement dans la catégorie des modèles polyvalents par excellence. Bref, bienvenue à lui !

 

 

Conclusion :

Robuste et bien construit, le Micromax marque son entrée en devenant véritablement LE masque polyvalent de la firme marseillaise. Doté d’un champ de vision bien développé et d’un bon confort, ce modèle possède bien des avantages pour satisfaire les plus difficiles d’entre nous (ergonomie, fiabilité, coloris,…) Bref un sérieux concurrent !

 

Le plus : rapport champ de vision/volume interessant

Le moins : ?

 

 

 

CRESSI Penta Dark

 

 

Présentation :
Nouveauté 2007, le Penta Dark représente la rencontre d’un masque à quatre verres et du Matrix. Résultat, on retrouve les traditionnels verres en forme de goutte inclinée mais en plus sur les côtés, le cerclage intègre un verre de chaque côté, réalisé dans un nouveau matériau moins sensible aux rayures que le traditionnel polycarbonate. Objectif : Vision maximale ! La jupe est en tout point similaire à celle du Matrix et en reprend d’ailleurs toutes les qualités. Le système de réglage est un simple poussoir, extrêmement précis et simple d’utilisation, le top ! Ajoutons à cela une sangle bien souple, vous l’aurez compris, le réglage du masque constitue déjà un point fort !
Action :
Large et facile à régler, le Penta Dark s’adapte à tous les visages. Confortable, il est capable de vous accompagner lors de longues sorties sans craintes pour le visage. Première immersion, le masque se plaque bien et nous ne souffrons d’aucune entrée d’eau. Côté compensation, rien n’a signaler non plus sinon qu’elle se fait sans soucis à toutes les profondeurs. Bien sure, avec son volume important, la compensation sera plus aisée dans des profondeurs faibles à moyennes en apnée. En surface comme au fond, on profite d’un champ de vision très important même si les verres latéraux ne l’augmentent pas autant qu’on l’aurait voulu en raison de l’angle de ces derniers par rapport aux yeux.

 

 

 

 

 

Conclusion :

Destiné essentiellement à des profondeurs faibles à moyennes, ce modèle pourra être utilisé au-delà de 20 mètres grâce à un comportement fiable. Confortable et bien construit, il s’agit d’une alternative intéressante pour des pratiquants de snorkeling. En chasse sous marine pure, ce modèle reste valable sans pour autant faire oublier le Matrix son concurrent direct.

 

le plus : un champs de vision très sympa

le moins : on s’attendait à encore plus «  wide »

 

 

 


CRESSI Matrix

 

 

Présentation :
Attention, valeur sure ! Né en 2005, le Matrix a fait instantanément parlé de lui grâce à des qualités importantes. Ainsi, développant encore les principes introduits par le «  Big Eyes », le Matrix se remarque d’amblée par ses verres en forme de gouttes d’eau fortement inclinées. Subtil mélange de noir et de gris, le Matrix dégage une impression de robustesse et de finesse, bref, la classe ! Le système de réglage de sangle intégré au cerclage est extrêmement précis et simple d’utilisation. Son réglage est encore facilité par l’utilisation d’une sangle très souple.

 

Action :

En s’appuyant sur un champ de vision hyper développé, le Matrix semble se destiner particulièrement à une utilisation peu profonde. Effectivement, dans de faibles profondeurs, la vision est résolument son point fort. Mais est ce tout ? Pas vraiment, très confortable et facile à régler, il est un parfait allié pour de longues sorties. Réagissant bien lors de la compensation, il reste bien plaqué au visage à tout moment lors des descentes. Au fond, une fois de plus c’est le sentiment de confort et de vision importante qui prédomine. Et plus profond ? A dire vrai, si le volume à compenser est supérieur à des masques destinés aux hautes profondeurs, il reste largement utilisable et performant. Comme pour le Lince, nous retrouvons une vision un peu déformée en haut de masque.

 

 

 

 

 

Conclusion :

S’il n’est plus une nouveauté aujourd’hui, le Matrix reste une valeur sure et un masque polyvalent par excellence. Confortable, facile à régler, et doté d’un champ de vision vraiment important, ce modèle représente un choix intéressant pour des utilisations véritablement variées (apnée loisir, pêche sous marine, photo sous marine,..). Son domaine de prédilection reste toutefois, en apnée, les profondeurs assez faibles à moyennes. Cerise sur le gâteau, la solidité fait aussi parti de ces qualités, que demander de plus ?

 

Le plus : un champ de vision enorme

Le moins : légère déformation de la vision vers le haut

 

 

CRESSI Lince

 

 

Présentation :

Sorti au même moment que le Matrix, le Lince en reprend nombre de caractéristiques avec toutefois un volume bien inférieur. Côté construction, rien à redire ! Comme toujours, ce modèle semble robuste et ne souffre d’aucun défaut d’assemblage. Equipé d’un cerclage assez étroit, ce masque se destine plus particulièrement à des visages assez fins. Avec le réglage de sangle le plus précis de ce test mais aussi une des sangles les plus souple, le Lince se règle avec une facilité assez impressionnante. Enfin, grâce à l’action conjointe de la forme des verres allongés vers le bas et leur inclinaison, nous retrouvons un champs de vision étonnamment important pour un masque à volume réduit.

 

Action:

 

Ce qui vient en premier lorsque l’on se met pour la première fois à l’eau avec ce masque c’est : facile à vivre ! En effet, posé sur le visage, ce modèle se fait aisément oublier tout en permettant d’avoir accès à un champ de vision important. Côté compensation, malgré des descentes profondes, le masque ne pose pas le moindre problème tout au plus nous notons une légère tendance à laisser partir quelques bulles par le bas de la jupe pour le visage large. Même dans des conditions de profondeurs extrêmes, ce modèle reste confortable, un plus ! Polyvalent, il offre aussi un haut niveau de performance en surface en s’appuyant une fois de plus sur son champs de vision développé. Unique défaut, l’inclinaison des verres nous a donné l’impression de déformer un peu la vision sur le haut du masque.

 

 

Conclusion :

Datant d’il y a maintenant un peu plus de deux ans, le Lince passe de la nouveauté à la valeur sure. Typé au départ pour une utilisation profonde, il permet grâce à de très bonnes qualités de garder le même niveau de performance à quasiment toutes les profondeurs. Confortable et très bien construit, ce masque sera un modèle à ne surtout pas négliger particulièrement pour les visages moyens à étroits.

 

Le plus : un rapport champ de vision/volume très interessant

Le moins : un peu étroit

 

 

DESSAULT Wahou

 

 

Présentation

Apparu cette année, le Wahou représente le modèle Frameless (sangle fixée sur la jupe et absence de cerclage) de chez Dessault. Il est équipé d’un seul verre, ce qui est un avantage pour le champ de vision. Malgré sa forme, assez large il n’est pas pour autant à ranger dans la catégorie des masques à grand volume. En effet la technologie Frameless permet au verre d’être au plus près du visage. Au niveau ergonomie, rien à dire il est très confortable et se plaque bien sur le visage. A noter, il est équipé d’une sangle souple et très facile à régler.

Action

En action, nos impressions se confirment, dans les dix premiers mètres le Wahou montre déjà tous ses atouts, avec son champ de vision bien développé. La compensation se fait facilement, aucune fuite n’a été constatée. En profondeur, la vision reste impeccable, bien plaqué sur le visage, la jupe se fait relativement oubliée. Côté compensation rien à dire, il reste confortable dans toutes les situations.

 

 

 

 

 

Conclusion

Avec un plus petit volume que son concurrent de chez Imersion, le Wahoo Dessault propose un bon compromis, vision/confort. Le Frameless joue parfaitement son rôle, avec un verre près du visage, tout en gardant un confort inébranlable dans toutes les profondeurs et dans tous les types de chasses. C’est très bon rapport qualité/prix.


Le plus : un bon champ de vision associé à une bonne polyvalence

Le moins : un peu moins confort que la nouvelle génération


DESSAULT Balaou

 

 

Présentation

Deuxième dans la ligne Dessault, le Balaou est d’une conception plus classique. Il est équipé de doubles verres classiques, d’une jupe en silicone bien souple et enveloppante. Ses atouts, un volume et un poids réduits, associé à une bonne qualité de finition. son système de réglage de sangle est moulé dans le cerclage, pour plus de facilité et de robustesse. La sangle de son côté est assez souple et participe à un réglage facile. Côté champ de vision, sans être parmi les leader, il donne déjà accés )à un niveau de performance interessant.

Action

Avec un champ de vision tout à fait honorable compte tenu de son faible volume, le Balaou s’adapte sans problème ni gène au visage. A faibles profondeurs le Balaou donne l’impression de confort et la compensation se fait sans soucis grâce à un bon dégagement du nez. Au fond, c’est au niveau du champ de vision que le Balaou pèche, mais ça reste tout de même très correct pour son volume. Une légère pression au niveau du front se fait parfois ressentir au-delà de 25métres. Pas de soucis côté compensation.

 

 

 

Conclusion

Le Balaou s’affiche comme un masque classique mais très robuste. Plus classique que le Wahoo, il n’en est pas moins intéressant. Polyvalent et bien construit mais aussi confortable, il sera un bon compagnon pour vous suivre lors de votre progression.

 

Le plus : un masque polyvalent et accessible
Le moins : un peu trop classique

 

IMERSION Pelagic

 

Présentation

Nouveauté 2007, le Pelagic vient enrichir une gamme de masques déjà bien développée. Très sobre, le Pélagic, avec son cerclage assez important, dégage une impression de robustesse. Côté réglage, le système est fixé directement sur le cerclage, tout en étant associé à une sangle de souplesse moyenne mais crantée tous les 3mm. Avec une jupe assez importante et assez souple, on se doute que le confort ne devrait pas être un sujet qui effraiera ce modèle. Nouveauté cette année, ce masque adopte lui aussi une forme de verre en gouttes d’eau afin de parfaire son champ de vision.

Action :

Si en posant le masque sur le visage on a parfois l’impression d’une certaine rigidité de la jupe, en action on se rend compte qu’il n’en est rien. Ainsi sans être le plus confortable, ce modèle possède toutes les qualités nécessaires pour vous accompagner lors de vos sorties les plus longues. Bien calé sur le visage, la compensation se fait sans le moindre souci et peu importe la profondeur. Plutôt destiné à une utilisation dans des profondeurs moyennes à faible, on pourra toutefois l’utiliser lors de descentes plus importantes. En action, la nouvelle forme de verre joue parfaitement son rôle et participe à un champ de vision plutôt intéressant.

 

 

 

Conclusion

Sobre, pas vraiment «  tape à l’œil », ce Pelagic ne doit pas pour autant être négligé. Ainsi gardant les qualités de robustesse, propre à Imersion, il ajoute en 2007 un plus au niveau performance grâce à son champ de vision développé. Capable de fonctionner sur tous les visages, ce modèle, bien qu’assez polyvalent, sera particulièrement à son aise pour des utilisations peu à moyennement profondes.

 

le plus : un champ de vision bien ample
le moins : encore un peu classique

 


IMERSION Wahoo

 

Présentation

Concurrent direct de son presque homonyme de chez Dessault, le Wahoo est un masque frameless par définition. Ici donc pas de cerclage mais simplement une jupe qui se prolonge jusqu’au dessus du verre. Et d’ailleurs, parlons en du verre, s’il y a bien une séparation en son centre, cela reste bien un mono verre. Côté réglage, le système est simple autant que relativement précis. Bien large et relativement prés du visage, il obtient en toute logique un des meilleurs champ de vision

Action

S’il donne l’impression au départ d’être un peu plus raide que la moyenne, ce modèle évolue relativement bien au cours des sorties sans jamais devenir pénalisant. Dans des profondeurs faibles à moyennes, ce modèle trouve totalement son domaine en s’appuyant sur son énorme champ de vision. Plus profondément, il reste assez confortable mais nécessite en raison de volume une compensation plus importante. La jupe de son côté joue bien son rôle et ne laisse pas échapper d’air.

 

 

 

Conclusion

Véritable spécialiste des profondeurs faibles à moyennes avec son champ de vision parmi les plus importants, le Wahoo reste toutefois un modèle relativement polyvalent. En effet, grâce à des qualités de confort assez intéressante et surtout une ergonomie surprenante, il arrive à trouver sa place y compris dans des domaines où on ne l’attendrait pas, par exemple vers 20 mètres. Robuste et bien construit le Wahoo reste encore aujourd’hui une valeur sure. A essayer !

 

Le plus : un champ de vision vraiment sympa
Le moins : un jupe encore un peu raide



IMERSION Sabre :

 

 

Présentation

Volume moyen par définition, le Sabre est reprend lui aussi les qualités propre d’Imersion à savoir un côté robuste affirmé ainsi qu’une simplicité d’utilisation. Nous trouvons donc un cerclage assez classique associé à un système de réglage assez simple. La sangle de son côté est un peu raide mais permet un réglage assez précis. Enfin la jupe est de taille moyenne et bien enveloppante.

Action

En action, le Sabre montre un assez bon potentiel dans la majorité des conditions. Masque passe partout, il s’appuie sur un champ de vision moyen en surface et  un bon confort. A mesure des descentes, ce modèle reste bien posé sur le visage et permet un compensation sans fuite. Le passage de doigt assez large facilite l’accés au nez. Au fond, si par moment on aimerait un peu plus de souplesse dans la jupe, on garde quand même un confort appréciable. En utilisation très profonde, ce modèle fonctionne toujours même si l’on comprend qu’il n’est pas forcément dans son domaine de prédilection.

 

 

Conclusion

Le Sabre est un masque polyvalent. Pas forcément « hyper fashion » ni tape à l’œil, il reste un modèle sure et robuste. Assez confortable et régulier en performance, son champ de vision  moyen lui permet d’être à sa place dans un maximum de conditions.  Bref, S’il n’est pas à ranger parmi les plus pointus de ce test, il sera un parfait atout pour vous accompagner lors de votre progression.

 

Le plus : un masque assez polyvalent

Le moins : champ de vision un peu en retrait

 

OMER Alien

 

 

Présentation

Qui ne connaît pas l’Alien ? Bien qu’apparu récemment, ce modèle a vite fait parler de lui grâce à de bonnes performances mais aussi des qualités importantes. Côté conception, nous sommes en face d’un modèle équipé d’un cerclage minimaliste associé à un système de réglage précis fixé sur la jupe. Facile à régler, ce modèle possède en plus une sangle assez souple. Enfin, il est équipé d’une jupe souple et bien ergonomique. Malgré son volume assez minimaliste, l’Alien possède un des meilleurs champ de vision.

Action

A peine à l’eau, on comprend aisément que l’on est en face d’un modèle extrêmement abouti. Confortable et facile à ajuster, ce modèle s’oublie totalement au fil de la sortie. En action, la compensation se fait très facilement et sans effort à toutes les profondeurs. En surface comme au fond, l’Alien appuie ses performances sur un champ de vision très développé. Résultat, il représente un choix logique pour des explorations à profondeurs variées ? Au plus profond, le confort prédomine et la jupe retient bien l’air sans fuite ni bulle. Bref, difficile de prendre à défaut ce modèle. Enfin le passage de doigts sans être énorme permet un accès au nez assez facile.

 

Conclusion

Attention Best seller ! Avec d’importantes qualités, l’Alien a réussi à trouver une place de choix à tous les niveaux. Fiable, assez robuste et très performant, s’appuyant sur un champ de vision important pour sa taille et un confort omniprésent, l’Alien figure à n’en pas douter parmi les leaders de ce test. Une valeur sure !

 

Le plus : un rapport champ de vision/volume et polyvalence TOP !

Le moins : ?

 

OMER Aries 39

 

 

Présentation

Nouveau né de chez Omer, le Aries 39 est une évolution. Son volume interne est réduit et son champ de vision large. La sangle bien souple est associée à des attaches assez simples d’utilisation, elles mêmes fixées directement sur la jupe afin d’optimiser le confort. On retrouve dans ce modèle les couleurs Omer, Black, Ocean Mimetic, et le nouveau Mimetic brown.

Action

Totalement dans la lignée de l’Alien, ce modèle diffère par un champ de vision moins large mais plus développé en hauteur. D’amblée, on retrouve un confort très agréable et cette impression de pouvoir oublier le masque. Immergé, la jupe épouse le visage sans soucis et ne laisse la place à aucune fuite. La compensation se fait sans problème à toutes les profondeurs. Au fond, le masque est bien en place sur le visage et ne fait ressentir aucune gène. S’il y a des masques doté d’un volume encore plus réduit, ce modèle constitue encore une fois un excellent compromis. Enfin, comme pour l’Alien le passage de doigts sans être extrême fonctionne bien.

 

 

Conclusion

Une fois de plus et comme pour les arbalètes, chez Omer c’est l’abondance. L’Aries 39 pourrait presque être vu comme un petit frère de l’Alien avec toutefois un caractère sensiblement différent quand au champ de vision. Pour le reste, on  retrouve des niveaux de confort et de performance sensiblement identiques. Bref, si vous cherchez à privilégier le champ vertical au champ horizontal, chez Omer c’est lui qu’il vous faut !

 

Le plus : même qualité que l’Alien mais avec un champ plus verticale
Le moins : ?

 

 

OMER Bandit :

 

 

Présentation :

Directement dérivé du célèbre modèle Abyss, le Bandit est Le masque à faible volume de la marque transalpine.  Si pour la jupe ainsi que la sangle on est resté dans la lignée de l’Abyss, pour le reste, un effort a été fait afin d’alléger autant pour le design que pour le cerclage pour être plus technique. Dans les faits, on retrouve un système de réglage simple, fixé directement sur le cerclage associé à une sangle bien souple. La jupe est souple et de taille moyenne. Enfin, bien que présentant un faible volume, ce modèle peut être utilisé sur un visage large.

 

Action

 

Facile à régler, le Bandit dégage rapidement une bonne impression de confort. Pas forcément doté d’un champ de vision impressionnant, ce modèle reste toutefois utilisable en faible profondeur, justement par ce côté confortable mais aussi grace à sa couleur camouflage ( océan, green et brown mimetic ). Dés les premières descentes, on sent bien le potentiel de ce modèle : facile à compensé, stable sur le visage bref une vrai incitation à descendre. Le passage de doigt pour le nez est bien fait et on compense sans gène. Dans les fortes profondeurs, il reste extrêmement confortable et performant, voilà son domaine !

 

 

Conclusion :

On s’en doutait en le voyant, le Bandit est Le masque de pratique profonde par excellence. Même s’il est un peu bousculé aujourd’hui par l’arrivée de masque plus moderne tel le Micromask ( Aqualung ), il garde un très bon potentiel plus la profondeur augmente. Stable, robuste et facile à régler, ce modèle possède toutes les qualités pour vous accompagner dans un maximum de conditions. Bref, il reste une valeur sure !

 

Le plus : un masque performant et fiable

Le moins : plus classique qu’un Alien

 

RIFFE Sight

 

 

Présentation :

Volume moyen de la marque Américaine, le Sight possède la particularité d’être disponible avec 3 teintes de verres (miroir, ambré et classique). Equipé d’une jupe assez large, ce modèle épouse parfaitement tous les types de visage. Point positif, afin d’optimiser encore le confort pour toutes les physionomies, le réglage de sangle a été fixé directement sur la jupe. Ce dernier bien que classique fonctionne bien et d’ailleurs même si la sangle n’est graduée que tous les 5mm, la souplesse de celle-ci permet des réglages assez précis. Le passage de doigts sans être énorme permet un accès aisé au nez.

Action

A peine posé sur le visage, le Sight dégage un sentiment de facilité. Ergonomique et confortable, il est un allié de choix pour de longues sorties. Immergé, la compensation se fait sans effort et au fond, nous ne souffrons d’aucune fuite d’air ni entrée d’eau. S’appuyant sur un champ de vision assez développé, le Sight est tout à fait à son aise pour des explorations peu à moyennement profondes. Au-delà de 15/20 mètres, il perd un peu de sa superbe au profit d’autres modèles plus typés. Testés avec des verres miroir, nous remarquons un certain effet sur le comportement de la faune avec en contrepartie un côté un peu assombrissant dés que la lumière faiblit.

 

 

Conclusion

Polyvalent ! Voilà comment pourrait être résumé en un mot ce modèle. Robuste, le Sight cache derrière un aspect classique un caractère franchement compétitif. Doté d’un volume assez important, et d’un bon champ de vision, il sera particulièrement à son aise dans des profondeurs faibles à moyennes mais aussi au plus profond grâce à son côté «  sans surprise » et fiable. Bref, à ne pas négliger !

 

Le plus : polyvalent et confortable

Le moins : le prix

 

 

RIFFE Mantis

 

 

Présentation

Parmi les modèles les plus larges de la gamme, le Mantis possède lui aussi la particularité d’être disponible avec trois types de verres ( miroir, ambré et classique). Une fois n’est pas coutume chez Riffe, derrière un côté classique se cache une conception assez actuelle. Par exemple si le robuste cerclage est parmi les plus épais, le système de réglage a lui été positionné sur la jupe afin de favoriser le confort général. Côté réglage aucun souci, on retrouve ce système associé à une sangle assez souple. Enfin, ce modèle est doté d’un champ de vision développé, particulièrement en largeur.

Action

Ici encore, à peine sur le visage, ce modèle dégage un sentiment de confort assez agréable. A son aise en surface grâce à son large champ de vision, le Mantis sait aussi se faire oublier. Immergé, première surprise, alors qu’à l’extérieur le passage de doigts pouvait semblé étroit, en action il semble d’une largeur suffisante et bas sur le nez, bref rien n’a signaler à ce niveau. Côté compensation, tout se passe bien, sans effort ni soucis de bulles d’air. Evidemment plus la profondeur augmente, moins le Mantis est à son aise en raison de son important volume.

 

Conclusion

Typé pour une utilisation peu à moyennement profonde, le Mantis est un modèle confortable autant que fiable. Côté performance pure, sans être parmi les leaders de sa catégorie, il reste un choix toujours judicieux en raison d’une bonne construction et de son côté «  pas prise de tête ».


Le plus : un bon champ de vision

Le moins : le prix

 

 

SEAC X-low

 

 

Présentation

Le X-low est le masque petit volume de chez Seac. Il existe en version noire et en version camouflage (X-low combat). Futuriste, ce modèle surprend par un look pour le moins atypique. Ainsi, la sangle n’est pas véritablement fixée sur le cerclage mais sur une longue patte elle-même fixée à ce dernier. Côté réglages, c’est classique et précis (graduation tous les 2mm). La jupe est bien enveloppante, souple et doté d’un passage de doigts assez large. Le champ de vision, de son côté,  n’est pas très développé, petit volume oblige !

Action

Dés le départ, le X-low donne un sentiment de confort. Ergonomique et facile à régler, il ne gène à aucun moment même lors de longues sorties. Immergé, la compensation se fait sans soucis, le masque reste bien en place et ne laisse pas échapper d’air. Avec un champ de vision moyen, on ne peut pas dire que ce modèle excelle en surface. Par contre, son côté confortable et son petit volume le rendent de plus en plus attrayant à mesure que la pression augmente.

 

 

 

 

Conclusion

Franchement typé pour une utilisation profonde, le X-low se caractérise par un confort omniprésent. Revers de la médaille, son champ de vision lui fait un peu perdre en polyvalence. Bref, vous ne concevez votre pratique que de manière profonde, ne sous-estimez pas se modèle lors de votre achat !

 

Le plus : un petit volume assez ludique

Le moins : l’espace entre les deux verres un peu grand

 


SEAC Italica

 

 

Présentation

Aux antipodes du X-low se trouve l’Italica chez Seac. Plus classique, ce modèle est équipé d’un réglage directement fixé sur le cerclage et associé à une sangle assez souple. Une fois encore, grâce à un crantage tous les 2mm le réglage s’en trouve grandement facilité. S’il possède un volume assez important, l’Italica se distingue par un champ de vision vertical assez développé. Enfin avec une largeur moyenne, ce modèle c’est adapté à tous les visages.

Action

Avec son champ de vision développé et un bon confort, l’Italica se montre à son aise dés les premiers coups de palmes. Agréablement posé sur le visage, il ne s’est montré à aucun moment difficile à vivre . Immergé, en s’appuyant sur sa jupe performante, la compensation se fait aisément toute notion de volume mise à part. Bien sure, vu sa taille, il est clair que ce modèle se destine essentiellement à des profondeurs faibles à moyennes. Toutefois même hors de son domaine de prédilection, le confort perdure et la jupe ne laisse échapper aucune bulle. Rien à signaler pour le passage de doigts !

 

 

Conclusion

Fiable, bien construit et confortable, l’Italica représente un choix assez intéressant pour des utilisations pas forcément profondes. Facile à vivre et doté d’un champ de vision assez important, même s’il n’est pas parmi les leaders, il trouvera tout à fait sa place dans l’équipement du novice comme du confirmé.

 

Le plus : un champs de vision agréable

Le moins : un peu loin du visage

 

 

 

SPORASUB Instinct Star

 

 

Présentation :

Apparu fin 2006, l’Instinct Star arrive sur le marché avec un objectif de taille : offrir aux fans de la marque une alternative performante au plus que célèbre Samourai (masque petit volume, best seller). Ainsi par exemple, la jupe, plutôt raide est ici remplacée par un modèle bien plus souple et très bien fini. Côté cerclage, on abandonne un type assez important pour laisser place à quelque chose de bien plus minimaliste. Enfin, l’Instinct est un masque « Frameless » si l’on peut dire puisque son système de réglage est directement fixé sur la jupe. Associé cela à une sangle bien souple et les soucis de réglages ne sont plus qu’un lointain souvenir ! Bon à savoir, il est disponible en Elite avec des verres miroirs.

 

Action
Malgré un volume moyen, le Comfort n’excelle pas en terme de champ de vision. La raison : si la jupe est importante, les verres sont de leur côté assez éloignés des yeux, on y perd donc un peu à se niveau là. Ce registre mis à part, nous sommes en présence d’un masque confortable et assez polyvalent, la compensation n’étant pas un souci. Plus profondément, en dehors du volume à compenser, ce modèle ne se fait pas plus remarquer si ce n’est par un confort assez omniprésent.

 

Conclusion
Parti avec de bonnes bases, le Comfort y aurait certainement gagné en étant moins loin du visage. Ceci étant dit, il reste un modèle relativement intéressant pour sa polyvalence et son côté agréable dans tous les types de profondeurs.

Le plus : un confort omniprésent
Le moins : trop éloigné du visage

 

 

 

 

 

 

Une livraison pleine de promesses !
Comme vous l’aurez certainement lu, on retrouve dans ce test pas mal de nouveauté mais aussi pas mal de masques plus anciens. Parfois leader à leur époque, ces modèle bien que toujours d’actualité, se retrouvent parfois chahuté là où auparavant ils dominaient littéralement. La raison ? Nous vous avons parlé du masque idéal au début de ce dossier et s’il n’existe pas encore, nous ne pouvons que constater que du côté des marques, on y travaille dure. Au final, nous avons été surpris par le niveau général de ces modèles, aujourd’hui il est difficile de trouver un mauvais modèle et c’est tant mieux. Après tout n’est qu’affaire de goût !

 


© Copyright Thomas PONS pour PSM-CAFE
Site propulsé par CMS Made Simple