SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "50") AND (expires > '2021-04-21 01:16:30' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1


SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "51") AND (expires > '2021-04-21 01:16:30' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1


SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "53") AND (expires > '2021-04-21 01:16:30' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1


SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "49") AND (expires > '2021-04-21 01:16:30' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1
04/02/2009

Comparatif arbalètes aluminium 2008 ; pour tous les goûts ! (2)


Comparatifs
Omer Cayman HF2limited edition 90 :

 

 

 

Présentation :

Dernier né de chez Omer, le Cayman HF2 représente l’ultime évolution de la version HF apparue en 2007. Ainsi le tube, toujours en aluminium HydroFormé, subit une modification physionomique puisqu’il se compose aujourd’hui de non plus une partie stabilisante mais de deux parties. La première et la plus importante en volume, est placée au plus près de la crosse et la deuxième est placée sur l’extrémité avant, elle aussi afin de stabiliser le tir. Testé dans sa version « Limited Edition », cette arbalète n’a été produite qu’à 1500 exemplaires. Elle est intégralement camouflage (seuls les sandows ne le sont pas) et profite d’un niveau d’équipement inégalé.

Ainsi, on trouve sur ce modèle un moulinet Mach 50 garni de drisse, une flèche en 6.5 mm, et des sandows Power18. Parallèlement, une crosse ergonomique est ajoutée dans ce pack pour les plus pointilleux en terme de précision. Est-ce tout ? Enfin, la tête est équipée en sandows classiques mais pourra être passée en monobrin simplement en enlevant l’élément destiné à cet effet. Idem au niveau du pontet où l’on retrouve un pontet inox, facilement enlevable. Enfin l’accroche fil latéral réalisé en Inox, se montre fort pratique, sa grande taille lui permettant sans problème d’accueillir une double longueur.

 

 

 

En Piscine :

D’une stabilité redoutable de base, la Cayman HF2 se montre d’une régularité de tir impressionnante. Equipée d’une des gâchettes les plus souples de ce test avec la Marc Valentin. Ici pas de risque de coup de doigt, la course est moyenne et le point dur facilement repérable. Bref, ce modèle possède de très bons atouts pour réaliser de belles performances y compris en tir sur cible. Le talon évidé en son centre, ne pénalise pas lors de la réalisation de la mire grâce à sa position basse, là aussi les puristes pourront encore l’enlever en jouant sur une simple clavette. Est-il encore besoin de dire que sur tréteau tous les tirs allèrent dans la même zone ? A vous de voir !

 

 

 

 

 

En mer :

Excellent en piscine, comment le HF2 allait-il vivre son arrivée dans l’élément Marin ? Léger et maniable malgré son gabarit, le HF2 se montre facile lors des déplacements de surfaces. Au fond, son coloris le rend particulièrement discret selon l’environnement et sa stabilité en fait un véritable régal pour les amateurs d’agachon. A l’indienne, le HF2 possède un maniabilité surprenante vu son embonpoint, ceci étant du au travail de son tube. Résultat, les déplacements au fond sont aisés et les tirs instinctifs. A trou, nous ne lui verrons aucun défaut. Comment prendre ce modèle à contre pieds ? Il nous faudra aborder les conditions de chasse dans peu d’eau et dans les vagues pour sentir ce modèle arriver vers ses propres limites. Le diamètre de son tube ayant pour effet de le rendre un peu plus instable dans ces conditions extrêmes, on privilégiera une taille inferieure dans ce cas. Utilisée en double sandows, le tir se fait sans le moindre problème, la gâchette gardant une souplesse surprenante et l’arbalète restant bien en ligne.

 

 

 

Conclusion :

Nous nous en doutions en recevant ce produit, Omer en sortant ce nouveau modèle prend directement et logiquement sa place parmi les leaders de ce test. Polyvalent, doté de qualité de tir surprenante, le HF2 réussit à proposer à la fois un très haut niveau d’équipement, un haut niveau de précision ainsi qu’une facilité d’utilisation déconcertante. C’est bien simple, il s’agit d’un des modèles les plus faciles à utiliser de ce test et parmi les plus adaptables. Nul doute qu’il en ravira plus d’un y compris dans sa version non  « Limited Edition ».


Les + : - une stabilité et un niveau de performance incroyable

- Polyvalence

- Précision

 

Les moins : - le prix ?

 

 

 

 

Omer Cayman 100 :

 

 

Présentation : Pas facile à priori de compléter une gamme comme celle-ci, vu le niveau de performance atteint avec la série HF2 ! Et pourtant, la Cayman 90 trouve tout fait sa place ici en se servant de nombre de points positifs de son ainé. Ainsi, on retrouve avec joie la très bonne crosse Omer Cayman et sa détente parmi les plus souple. A cela a été ajouté une tête classique permettant l’utilisation de sandows classiques autant que d’un modèle monobrin.

Côté tube, s’il semble plus classique cette fois, il possède toutefois un guide flèche intégral intégré dans sa structure même. Enfin, on retrouve le talon de chargement amovible, l’accroche fil latéral de grande taille ainsi qu’une flèche inox en 6.5 millimètres.

 

 

 

 

En piscine :

Légère et plus épurée que la HF2 LTD, cette Cayman n’en est pas moins précise et performante. S’appuyant sur une crosse bien ergonomique et une gâchette souple, les tirs se font sans efforts particuliers ni risques de coup de doigt. Les sandows Power 18 de leur côté accompagnent bien la flèche, permettant à ce modèle de réaliser des tirs puissants et réguliers. Parallèlement, ce modèle se montre relativement stable sur sa longueur. En tire fixé, on retrouve assez logiquement une très bonne régularité de zone. Bref, aucun problème à signaler dans cette catégorie.

 

En mer :

Assez stable et surtout maniable, la Cayman s’appuie elle aussi sur une bonne légèreté lors des déplacements de surface. En action, même s’il propose un bon rendement à l’agachon, on se rend rapidement compte que son terrain de prédilection sera l’indienne. En effet maniable et réactif, le Cayman permet de très bons tirs à la volée, instinctifs,…Une fois de plus la grande souplesse de se gâchette contribue elle aussi à ce bon niveau de performance. A trou, le passage de doigts est bien large et permet des tirs sans efforts de positionnement. Dans le courant grâce à un diamètre assez réduit, le rendement est encore assez bon même si la présence du guide flèche le rend un peu plus sensible au balayement latéral. Enfin, testé en double sandows, ce modèle se montre assez précis et surtout permet d’assez bien gérer le recul (le positionnement de la crosse un peu plus haute sur le tube n’étant certainement pas étrangère à cette bonne surprise).

 

 

 

En conclusion :

Positionné en gamme inférieur, le Cayman ne doit pas pour autant être sous estimé. Il s’agit bel et bien d’un produit proposant un très bon niveau de performance. Polyvalent et bien construit, le Cayman représente un achat sure peu importe le niveau du pratiquant. Simple d’utilisation et relativement insensible aux conditions, c’est un modèle qui gardera une bonne précision aux cours des longues sorties. Son terrain de jeu préféré ? L’indienne !

 

les +:

-construction fiable

-crosse de haut niveau

-polyvalence

Les moins :

- un peu plus sensible que les modèles sans guides flèche dans le courant.

 

 

 

Dessault Quatro Classic 90 :

 

 

 

Présentation :

Deux arbalètes seulement sont disponibles chez Dessault, mais il n’en fallait pas plus pour trouver son bonheur. D’un côté l’aluminium gainé et de l’autre le carbone, d’un côté la Quattro Classic, et de l’autre la Quattro Carbone que l’on ne présente plus. Il était donc normal que nous testions la Classic dans ce test arbalètes 90 alu. Cette année Dessault a apporté de petits changements, surtout au niveau de la sécurité. En effet, le système de sécurité de la crosse a évolué, elle est bien plus pratique que la précédente, car plus longue, son déblocage est encore plus facile. Par ailleurs, nous retrouvons un tube aluminium gainé de 30 mm associé à un guide flèche intégral en plastique et une tête compacte et ouverte.

Côté équipement, nous retrouvons une flèche EXOCET à trois ergots diamètre 6,5, une crosse ergonomique réalisée en nouveaux matériaux composites ainsi qu’un accroche fil latéral capable de supporter une double longueur. La Classic est disponible en 5 longueurs de 50 à 100 cm. A signaler également, la possibilité de rajouter une petite pièce en inox afin de fermer la tête tout en gardant une vision dégagée.

 

En piscine :

Dès les premiers essais, la Classic se montre maniable, performante et polyvalente. Le chargement se fait sans douleur ni gène grâce à sa forme, qui ne pénalise pas le tir car de petite taille. Les tirs se font de manière régulière et sont assez précis. La tête du Classic amène une bonne visibilité. Au niveau du poids elle n’est pas dans les plus légères, mais cela ne gène en rien sa prise en main. Sur le banc de tir fixé, on note une bonne régularité de zone . Bref, RAS !

 

 

 

 

 

En Mer :

La maniabilité est présente sur ce modèle, dans tous les types de chasse. A noter une sensibilité dans le courant latéral. Comme en piscine, l’armement se fait sans problème ni douleur grâce à la forme du talon. En visé, la tête propose une bonne visibilité, elle est très pratique car ouverte et reste très rassurante surtout à trou. La lunette fournie avec l’arbalète pour fermer la tête ne gène en rien les tirs, car la vision reste dégagée. Nous avons été plus que bluffés par la flèche munie de 3 ergots ce qui amène une grande liberté dans le choix de la puissance, vous pouvez donc moduler celle-ci en fonction de vos besoins du moment, un vrai régal. La crosse est très agréable à l’utilisation en mer et reste bien en mains. La Classic se montre assez légère en immersion, dans la moyenne de ce test, mais elle reste sensible aux courants latéraux, ce qui peut s’expliquer par la présence du guide flèche intégral. Le petit plus, l’accroche fil latéral capable de supporter une double longueur, ce qui n’est pas négligeable dans certaines conditions de chasse. Elle se montre performante en mer et très abordable que se soit à l’agachon, à l’indienne ou à trou.

 

 

 

Conclusion :

La Dessault Classic est un modèle sobre, performant, polyvalent et robuste, un bon compromis en somme. Elle saura s’adapter à tous les pratiquants, du débutant au plus chevronné. Bien construite, maniable, la Dessault Classique saura combler les aficionados de la marques autant que ceux recherchant un arbalète facile à vivre.

 

Les + :

- une bonne polyvalence

-peu de recul

-robuste

 

les -:

-sensibilité au courant latéral

 

 

 

SeacSub Thunder Twin 95 :

 

 

 

Présentation :

La Seac Thunder Twin est une nouveauté 2008. Cette arbalète est dans la suite logique de la Thunder présentée dans un précédent test. La principale innovation se situe au niveau de la tête. Elle est équipée d’une double tête pour permettre l’utilisation de simple ou double sandows, donc plus polyvalente.

Parmi les autres équipements nous retrouvons la nouvelle poignée ergonomique avec ligne de tir ouverte pour une visée plus rapide. La gâchette a un peu changé à l’image de la sécurité qui se trouve à présent sur le côté et non plus au-dessus. La queue de détente ainsi que l’accroche fil laisse l’inox pour passer en nylon antichoc à haute résistance. La Thunder Twin est dotée d’une flèche Inox 6,25 mm ainsi que de sandows en « Premium Quality Latex » en diamètre 17.5 mm. Enfin, toujours aussi bien construits, le tube en alliage, avec un profil innovateur pour faciliter le logement des sandows en tension, il est équipé d’un guide flèche.

 

 

 

En piscine :

En piscine, dès les premières immersions, la Thunder Twin se montre stable, facile à charger, donc très accessible. Elle est bien construite, mais ne semble pas être dans les modèles les plus légers du test. Equipée d’une crosse bien ergonomique, les tirs se font sans bouger et la souplesse du mécanisme en simple sandows contribue à éviter tout risque de coup de doigts. Les tirs se font sans problème, et présente une bonne régularité de zone. Un bon présage pour la découverte en mer.

 

 

 

En mer :

Dés la mise à l’eau, ce modèle se montre bien équilibré. Les déplacements sont aisés même dans le courant. La crosse est toujours aussi ergonomique, contribue elle aussi à ce sentiment de maniabilité. Seul petit regret, un léger manque d’accroche. Lors du chargement, le talon se montre bien conçu autant qu’agréable, rien ne glisse et l’on peut tirer sur les sandows sans risque de glissade ou de douleurs. Nous avons particulièrement apprécié la longueur de l’accroche fil permettant sans problème de se mettre en double longueur, belle évolution ! Premiers agachons, nous retrouvons les mêmes sensations qu’en piscine. Le talon évidé ne gène pas et surtout on ne se retrouve pas avec ce dernier en plein milieu du champ de vision mais au contraire, il participe encore à améliorer la précision, la ligne de tir est donc ouverte et permet une visée rapide. Quel régal, à mesure que l’on aborde des registres tel que l’indienne ou le trou, où faible encombrement et maniabilité s’associe totalement et participent encore à la précision. Premiers tirs, la gâchette, très souple et bien placée, libère la flèche sans effort malgré la forte puissance des sandows ; Le tir est bien linéaire et régulier en zone, un plus ! En double sandows, le mécanisme se montre un peu plus sec et l’arbalète un peu plus sensible au recul.

 

 

 

Conclusion :

On avait aimé la Thunder, dans la même lignée que la XFire d’ailleurs, les puristes apprécieront le petit plus de la Thunder Twin, sa double tête pouvant accueillir des sandows double ou mono brin. Toujours aussi robuste et précise, la Thunder Twin est déclinée en 6 longueurs, ce qui n’est pas négligeable, avec des longueurs comme la T50 ou T75 pour les chasses à trou. Comme la Thunder, la Thunder Twin nous est apparue comme un modèle assez fiable, bien équilibré et évidemment précis. Toujours point faible de ce modèle, l’accroche fil en nylon que nous aurions préféré en inox comme sur l’XFire. La Thunder Twin est plus polyvalente que la XFire, et donc plus abordable pour le pratiquant.

 

Les + :

- simple en utilisation

-robuste

-équilibrée

 

Les -  :

- un peu sèche en double sandows

 

 

 

 

SeacSub XFire 95 :

 

 

 

Présentation :

Haut de gamme de chez Seac, la XFire est dotée d’un caractère très intéressant. Avec une crosse extrêmement travaillée en terme d’ergonomie mais aussi de visibilité, avec sa ligne de tir ouverte et son angle de 40 °, la Xfire reste encore cette année un choix judicieux en terme d’équipement. Côté mécanisme, rien à dire non plus, en acier inox coupé au laser et assemblé en un bloc unique, il est sure et très fonctionnel. L’accroche fil, lui aussi en inox, nous est toutefois apparue un peu court pour les amateurs de double longueur.

Côté tube, il s’agit d’un modèle alu en alliage léger réalisé par étirage pour une meilleure rigidité, doté d’un guide flèche intégral de 28 mm, obtenant un excellent rapport légèreté, robustesse et résistance. Enfin, Seac a choisi pour ce modèle une tête double sandows particulièrement travaillée (présence de guide fil,..) associée à un sandow rapide de 17,5 mm. La flèche est enfin un modèle acier inox Sandvik trempé antireflet diamètre 6,25 mm à ardillon inversé.

 

 

 

En Piscine :

La XFire est toujours aussi agréable et ergonomique. Assez facile à charger, le premier tir permet lui aussi de découvrir un autre avantage de ce modèle : le talon évidé. Ainsi la mire se fait sans la moindre gène l’œil disposant d’un champ de vision encore rarement rencontré avec une arbalète à talon, la tête ne disposant pas de pont supérieur pour optimiser la ligne de tir. Côté puissance, le tir se fait bien en ligne, la gâchette assez courte, souple et le recul difficile à percevoir (surtout au premier cran). Doté d’une bonne régularité de zone, seule l’utilisation de double sandows réussira à un peu le déstabiliser.

 

 

 

En mer :

Premières immersions, la XFire nous donne l’impression d’une bonne maniabilité. Les déplacements en surface sont aisés, la crosse se positionnant comme un prolongement du bras. En l’absence de courant, les tirs se font sans problème ni éléments perturbants, puissants, réguliers, bref sans soucis. A mesure que le courant augmente, pas de gros changements dans son comportement. Les impressions sont linéaires, dans toutes les configurations de pêche, que ça soit à l’agachon, à l’indienne ou à trou, la même remarque, la flèche ne bouge pas à l’intérieur de l’œillet tête, elle reste toujours bloquée ce qui n’est pas négligeable surtout pour les tirs soudains. Même constat qu’en piscine, les tirs, dans toutes les conditions, se font avec une très bonne visibilité grâce à sa ligne de tir dégagée. A noter l’accroche fil latéral en inox très pratique et solide.

 

 

 

Conclusion :

Précise, dotée d’un bon rendement et très bien fabriquée, elle reste une valeur sure du marché. Comme à l’accoutumée Seac répond largement aux attentes de la majorité d’entre nous avec ce modèle robuste, polyvalent, ergonomique et offrant surtout une des meilleures visées du test dans toutes les conditions Il faudra tout de même s’adapter au monosandows ainsi qu’à la gâchette un peu sèche en double sandows. A recommander, c’est bon rapport qualité prix. !

 

Les + : - robuste

-maniable

-ergonomique

 

Les moins :

- le prix

- détente un peu sèche parfois

 

 

THE TABLEAU :

 

 

les avis des testeurs :

 

Jean-Charles : « 2008, quelle année ! Si certains continuent de nous présenter des modèles aussi classiques que performants, d’autres comme Omer avec son fameux Cayman HF2 LTD, nous présentent un produit novateur, performant et difficile à prendre en défaut. Idem pour Cressi qui réalise un beau retour avec sa gamme Geronimo. Mes coups de cœurs ? L’éternelle Marc Valentin N°6, la Cayman HF2 Limited et l’inusable Marlin Compétition.

 

Bertrand : « Habitué à chasser en monobrin, j’ai été agréablement surpris par certains modèles cette année pour leurs qualités de maniabilité comme par exemple, la Seac Xfire mais aussi la Beuchat Marlin ou la Mares Instinct bien que je trouve sa crosse trop étroite. »

 

Alain : « Que choisir cette année ? Tout ! Plus sérieusement, il aura vraiment fallu se creuser la tête parfois pour départager telle ou telle arbalète. Le niveau est de plus en plus élevé et c’est tant mieux. Personnellement, n’étant pas fan de double sandows, je reste fan de la Marc Valentin N°6, totalement sous le charme de la Cayman HF2, et impressionné par le côté simple des Dessault Classique ou Merou d’Or d’Imersion. »

 

Eric : «  Moi j’aime les modèles puissants et pour cela j’ai adoré cette année des modèles comme la Marlin Compétition ou la Seac ThunderTwin. Pour du double sandows, Omer sans hésiter ! »

 

Sophie : «  Pour moi, un arbalète doit être avant tout simple et maniable. Dans ce registre, j’ai apprécié la Merou d’Or d’Imersion et aussi les Omer Cayman, et Dessault Classique. J’aurais aimé citer Cressi mais la flèche en 6 mm me fait un peu peur. »

 

 

 

 

 

 

 


© Copyright Thomas PONS pour PSM-CAFE
Site propulsé par CMS Made Simple