SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "50") AND (expires > '2021-04-21 01:18:35' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1


SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "51") AND (expires > '2021-04-21 01:18:35' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1


SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "53") AND (expires > '2021-04-21 01:18:35' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1


SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "49") AND (expires > '2021-04-21 01:18:35' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1
04/02/2009

Comparatif Arbalètes Alu : un grand cru ?


Comparatifs

Années après années, nos fabricants favoris bouillonnent d’idées et ont considérablement fait évoluer la catégorie des arbalètes aluminium. Alors, votre ancienne arbalète est-elle toujours dans le coup, par quoi la remplacer, que vaut la cuvée 2008 ? Autant de questions auxquelles nous avons essayé de répondre !

 


L’arbalète universelle existe-t-elle ?

Comme toujours et au risque de nous répéter, nous ne saurions que trop vous rappeler qu’avant même de songer à l’éventualité d’un achat, il y a des passages, des réflexions à ne pas oublier et qui vous mèneront à coup sûr à une entière satisfaction après coup.

Ainsi, il va vous falloir observer attentivement qu’elles sont vos conditions de mer préférées, mais aussi de visibilité voir même de profondeur. Ce n’est pas tout, il sera aussi important de voir honnêtement quel type de poisson vous allez privilégier, on ne chasse pas le rouget ou le labre comme on tire une sériole !

Les réponses à ces questions vous aideront à choisir la longueur mais aussi les formes de tubes voir de crosses que vous privilégierez.

Ainsi,  toutes notions de longueurs mises à part, même la forme du tube risque de vite vous donner des indices sur le domaine propre d’un produit. N’oublions pas que les frottements dans l’eau sont 800 fois plus importants que dans l’air. Imaginez les répercutions un jour de fort courant avec un tube bien large ou étroit. Mais n’oubliez pas qu’avec ces mêmes principes, un tube large pourrait vite s’avérer plus stable qu’un tube de diamètre inférieur en l’absence de courant, la largeur jouant le rôle d’un stabilisateur.

Autre élément important : la crosse. Avec plus ou moins d’angle, avec un pontet plus ou moins spacieux, c’est à vous de voir qu’elle est celle qui vous correspond. N’oubliez pas d’ailleurs d’essayer celles-ci avec votre paire de gant, au risque de vous faire une fausse idée lorsque vous vérifierez si l’ergonomie de celle-ci vous correspond.

Enfin, il vous faudra choisir votre type de tête…minimaliste, imposante, tahitienne, classique, monobrin, double sandows, bref les modèles abondent. Toutefois n’oubliez pas d’essayer avec les têtes monobrin de replacer la flèche sur le fusil avec repositionnement du fil et tout et  tout…, ce système n’étant pas toujours simple.


Comment avons nous testé les arbalètes ?

Dès réception, chaque arbalète est pesée et mesurée sous toutes les coutures.

Les tests statiques terminés, nous avons testé la précision mais aussi la régularité de tir en piscine. Pour ce faire, chaque arbalète est à son tour fixée sur deux tréteaux. Ainsi bloquée, nous réalisons 5 tirs sur la cible afin de voir si la flèche ira, ou non, toujours vers le même point. Pour la précision, il s’agit de trois tirs, libre cette fois, vers la cible.

Enfin, nous sommes partis en mer avec tout notre « petit » chargement tester dans toutes conditions et pratiques possibles leur comportement.

Les résultats ? 83 heures de test pour notre joyeuse équipe, du plaisir, des galères, des comptes rendus, Bref ce test !


Le Test !


Beuchat Marlin Compétition 95 :

 

 

Présentation :

Le Beuchat Marlin avait été un véritable mythe en matière d’arbalètes. Il y a un an la firme marseillaise a décidé de lui faire reprendre du service en version carbone. Bien sure le succès accompagna instantanément ce retour. Quoi de neuf en version aluminium ? Ainsi, le tube de 28mm a été équipé d’un guide flèche intégral en thermoplastique. Evidemment on retrouve la désormais fameuse tête Marlin, solution rassurante pour les plus réfractaires au passage sur des arbalètes à tête ouverte. La tête a ainsi été équipée d’une mâchoire destinée à retenir la flèche au moment de sa remise en place dans la tête, un bonheur dans les conditions difficiles (signalons que la force des mâchoires est réglable par micro vis). Côté crosse, on retrouve la nouvelle crosse Marlin. Elle adopte un angle de 30 degrés et est ambidextre. Autre point positif,  la crosse a été positionnée un peu plus haut sur le tube afin d’améliorer encore la gestion du recul au moment du tir.

Par ailleurs, cette crosse a été pourvue d’un mécanisme inox à la sensibilité accrue. La poignée et le talon de chargement sont recouverts de Prosoft afin de faciliter les chargements et surtout les rendre moins douloureux. Côté accastillage, comme souvent chez Beuchat, rien à redire, il y a pour ainsi dire tout ; des sandows 18mm associés à des obus Tahiti, une flèche triface 6.5mm, un montage nylon de bonne qualité et chose assez rare un absorbeur de choc. Bref il ne manquerait qu’un moulinet en série pour que l’on atteigne le paroxysme.

 

 

En Piscine :

A peine immergée, l’arbalète se montre un peu plus lourde que les autres mais surtout terriblement stable. Positionné au fond, la Marlin Compétition reste bien en ligne et donne un sentiment d’inertie de bon augure pour la précision de nos tirs. Premier essai, le tir est linéaire et très régulier. Côté précision, l’obus Tahiti et le guidage intégrale nous sont apparus intéressants. Les sandows nous ont semblé un peu plus souples que la moyenne, ils accompagnent formidablement la flèche et surtout ne claquent pas. Bref, cela ajouté à une gâchette assez souple, vous aurez compris que la précision est un registre où la Marlin Compétition est totalement à son avantage.

 

 

En mer :

Stable dans l’eau, la Marlin Compétition est dans la moyenne au niveau légèreté dans les déplacements en surface. Par ailleurs, l’obus associé au gunbutt Prosoft rend le chargement indolore et sûr (aucun risque de glissade sur le torse ou de coinçages des doigts).

En action, la Marlin Compétition grâce à sa bonne stabilité, va se montrer redoutable dans les agachons où les puissants tirs sont d’une grande précision. A l’indienne et dans le fort courant, son léger surpoids nous ferait préférer la Beuchat Marlin (autre modèle de ce test). A trou, rien à signaler, la robustesse, l’architecture de la tête et la souplesse de gâchette en font un modèle aussi rassurant que performant. Au moment de remettre la flèche, la tête «  quick reload » nous montre tout son intérêt en rendant le repositionnement de la flèche parmi les plus faciles et rapides.

Enfin, testée en doubles sandows, la gâchette réagit sainement et si le décochage est un peu plus raide il n’en est pas moins performant.

 

 

Conclusion :

La Marlin Compétition 90 nous aura séduit pas sa très bonne stabilité. Robuste, bien fini et pratique en toute situation, la Marlin Compétition pourra être choisi que vous soyez compétiteur ou totalement débutant. Bien entendu, son terrain de prédilection sera l’agachon ou la pêche à la coulée où sa grande précision en fait une concurrente redoutable. Bref, vous cherchez une arbalète robuste, fiable, confortable et précise. La voilà !


Les + :

- Stabilité

- Finitions et côté indestructible

- Polyvalente


Les moins :

- un peu lourde

 

 

 

Beuchat Marlin 95 :

 


Présentation :

Version plus basique que le modèle Marlin Compétition, la Marlin ne doit pas pour autant être sous estimée. Ainsi, si l’on retrouve avec joie la nouvelle crosse Marlin, la tête a ici été un peu modifiée. La mâchoire inox servant à rapidement bloquer la flèche est ici remplacée par une mâchoire plastique non réglable mais remplaçable par un pontet un peu plus classique. Pareillement, si on ne retrouve pas sur cette Marlin le guide flèche intégral présent sur la Compétition, deux guides flèche amovibles ont toutefois été positionnés afin d’eux aussi contribuer à une bonne précision générale.

On retrouve sur la crosse le nouveau talon de chargement, bien mieux positionné que sur la gamme Mundial (plus bas) permettant, en plus de faciliter le chargement, la réalisation de mire (alignement tête/crosse) bien plus facile qu’auparavant. Côté accastillage, on est toujours sur un très bon niveau puisque l’on retrouve avec plaisir un amortisseur installé entre le nylon et la tête de l’arbalète. Par ailleurs, ce modèle est équipé d’une flèche inox de 6.5mm ainsi qu’un sandows rapide de 18mm couplé à un obus Tahiti.

 

 

 

En piscine :

Bien que version « épurée » du Marlin Carbone, on retrouve le caractère stable de sa consœur. Toutefois, on notera sur ce modèle une sensation de légèreté un peu plus importante. Stabilisée au fond, l’arbalète se montre parfaitement stable sur tous les plans. La réalisation de la mire se fait sans problème grâce à la crosse Marlin. Lors du tir, malgré son côté plus léger, l’arbalète reste bien en ligne et la flèche garde une linéarité et surtout une régularité de zone de tir fort intéressante pour la précision.  Une fois de plus les sandows assez souples associés à un mécanisme assoupli par rapport à la gamme Mundial permettent des tirs d’une précision intéressante (absence de coup de doigt, recul bien maîtrisé,..).

 

 

En mer :

Légère et maniable, la Marlin se montre d’amblée totalement à son aise dans l’élément marin. Stable et peu encombrante, ce modèle va nous permettre d’évoluer dans toutes conditions sans avoir à subir trop les éléments ni ressentir de fatigue. A l’agachon, la Marlin se montre stable et réalise des tirs précis (même si on ressent plus le recul que sur la Marlin Compétition). C’est à l’indienne que cette arbalète va révéler tout son potentiel. Ainsi, léger autant que facile à manœuvrer, elle va permettre de véritablement l’oublier en action chasse. Passage entre les rochers, tir à trou ou au loin,  tout est permis afin d’atteindre la cible. Dans le fort courant, nous avons apprécié la possibilité de monter le pontet classique rendant les chargements encore plus faciles. Enfin testée en double sandows, elle s’est montrée moins stable lors des tirs que la Marlin Compétition.

 

 

Conclusion :

Pas facile de compléter la Marlin Compétition et pourtant la Marlin y arrive totalement. Agile et légère, ce modèle montre de grandes facilités pour les phases les plus actives de la pêche sous marine. A l’indienne ou à trou, l’arbalète réagit sans problème et surtout ne pénalise à aucun moment. Peut être moins apte à absorber le recul que le modèle Compétition, elle reste quand même d’un niveau intéressant à l’agachon. Bref, vous cherchez un modèle privilégiant la polyvalence, la Marlin ne devra pas être négligée ! Ceux qui voudront s’orienter vers une utilisation à double sandows privilégieront sa consœur.


Les + :

- Polyvalente

- Accessible


Les moins :

- recul sensible en double sandows

 

 

 

Cressi Geronimo Pro 95 :

 

 

Présentation :

La Geronimo Pro représente une véritable rupture dans la gamme des arbalètes Cressi. Racée et innovante, elle représente aussi pour la firme italienne sa décision de ne plus présenter dans sa gamme de modèle carbone. Alors comment remplacer les modèles fibres ? Comme Omer, Cressi s’est totalement jeté dans la voie de l’aluminium Hydroformé afin de présenter un produit à la fois rigide mais aussi à la forme étudiée. Le résultat est là ; un tube présentant un guide sur presque toute sa longueur et intégrant dans son architecture même, une forme élargie destinée à stabiliser au moment du tir.

On ne s’arrête pas là côté innovation puisque la tête est un modèle à pontet basculant au moment du tir (un plus pour la solidité entre autre). Enfin la crosse a elle aussi été pensée afin de s’adapter au maximum d’entre nous et ainsi grâce à un système de deux vis permettant de jouer sur l’angle et la largeur de la crosse mais aussi grâce à un système permettant de régler la sensibilité de la gâchette. Enfin, l’accroche fil a été placé sur le haut de la crosse et est associé à un guide fil évitant tout risque de découpe du nylon par l’obus.

 

 

 

En piscine :

Dés le départ, la Geronimo Pro surprend par sa légèreté, flottant presque en surface, elle se stabilise assez facilement au fond. Dotée d’un gâchette courte et souple, on ne sent quasiment pas le point dur où la flèche va partir. Stable, l’arbalète lache des très puissants tirs et toujours très linéaires. Au test de régularité, la zone atteinte est toujours la même et surtout bien centrée. La réalisation de la mire par contre peut être parfois déstabilisante pour le pratiquant, le talon de chargement étant malheureusement un peu haut et donc devant l’œil. En double sandows, la gâchette libère toujours la flèche d’un manière un peu sèche mais le tir est stable autant que linéaire.

 

 

En mer :

Parmi les plus légères dans l’eau, la Geronimo Pro fait partie des arbalètes les plus sympa pour réaliser de longues sorties à la palme. A l’agachon, nous retrouvons d’amblée sa stabilité découverte en piscine et c’est donc logiquement qu’elle se retrouvera parmi les meilleurs de ce test. A l’indienne, s’appuyant sur une bonne légèreté, elle se montrera assez maniable et performante. A trou, elle fonctionne sans problème. S’appuyant sur des sandows assez puissants de 16mm, les tirs possèdent une portée intéressante et on arrive sans problème en limite de fil au deuxième cran. Des limites, en raison de sa forme un peu plus large sur le devant, elle pourra être plus sensible aux vagues lors des chasses peu profondes. Grace la tête basculante toutefois, dans le courant ou les conditions difficiles, le chargement de la flèche sera parmi les plus aisé. En double sandows, la flèche part puissamment et le recul est assez bien géré, la gâchette de son côté reste asse souple.

 

 

Conclusion :

Bien pensée, performante, la Geronimo Pro prend sa place directement parmi les leaders de ce test. Stable et légère, elle se montre très intéressante dans les conditions assez calmes avec une précision vraiment importante. Polyvalente, c’est un modèle parfaitement adapté  à tous les types de chasses. Ses limites ? Un côté un peu plus encombrant dans le courant nous fera à se moment là lui préférer la Geronimo simple pour les conditions les plus rudes. Un regret vu le positionnement haut de gamme de se modèle ; l’absence d’un moulinet en série ou de sandows de 18mm en série.


Les + :

- bonne stabilité

- une crosse très sensible

- bonne gestion de la puissance


les moins :

- absence de moulinet en série pour ce niveau de prix

- matériau du fut sensible au rayures

 

 

 

Cressi Geronimo 90 :

 

 

Présentation :

Positionnée sur une gamme « inférieure » la Geronimo ne doit pas pour autant être sous estimée. En effet, elle a su profiter d’un maximum d’évolution amenée par sa consœur la Geronimo Pro. En effet, à l’exception du tube Hydroformé, on retrouve sur cette dernière la crosse totalement réglable en angle et sensibilité mais aussi la tête à pontet mobile ainsi que des sandows de 16mm de bonne qualité. La sécurité comme celle de la gamme Pro est fort pratique et surtout enclanchable avec un seul doigt. Le tube ne possède aucun guide flèche. Vous l’aurez donc compris, c’est une Pro en plus sobre.


En Piscine :

Toujours très légère, nous avons trouvé ce modèle presque plus équilibré encore que la Geronimo Pro. Côté gâchette, nous retrouvons avec plaisir ce modèle parmi les plus souples, permettant de décocher des tirs sans le moindre risque de coup de doigt. La puissance est une nouvelle fois au rendez vous, les sandows de 16mm accompagnant bien la flèche. Le tir en configuration libre est linéaire et régulier. Sur notre banc de tir, la Geronimo nous aura bien confirmé sa grande régularité de zone ainsi qu’un bonne précision. En double sandows, cela fonctionne encore même si on aura tendance à privilégier la Pro dans ce cas là.

 

 

 

En mer :

Légère et maniable, la Geronimo est tout à fait à son aise dés son arrivée en mer. Parfaitement stabilisée en surface, c’est un modèle facile à vivre dans toutes les conditions. Au fond, la Geronimo est stable et permet de se positionner sans problème pour des agachons sans soucis. A l’indienne, elle devient même un réel atout grâce à une très bonne maniabilité mais aussi une réactivité rendant les tirs très intuitifs. A mesure que les conditions se durcissent, la Geronimo reste imperturbable, s’appuyant sur un rendement toujours très intéressant et une réactivité parmi les meilleures. En double sandows, si elle est encore utilisable, comme en piscine, on a l’impression qu’elle gère un peu moins bien cette puissance supérieure, les tirs devenant un peu moins réguliers.

 

 

Conclusion :

Version « Light » de la Geronimo Pro, cette arbalète ne doit pas pour autant être oubliée. Nul doute que les aficionados de la Comanche y retrouveront d’ailleurs quelques airs de famille. Plus précisément, la Geronimo se trouvera particulièrement intéressante pour ceux d’entre nous pratiquant tous les types de pêches et dans toutes les conditions. Bien construite et robuste, elle semble totalement faite pour nous accompagner bien des années. Enfin, grâce à sa grande simplicité, c’est un produit qui ravira autant les compétiteurs que les débutants.


Les+ :

- bonne stabilité et légèreté

- bonne qualité de fabrication

- polyvalence


les moins :

- puissance peut être encore améliorée par des sandows en 18mm

- le talon de chargement trop en hauteur

 

 

Imersion Merou d’or inox 90 :

 

 

Présentation :

Le Mérou d’Or Inox aura su passer les années simplement, devenant même aujourd’hui, pour certains, une sorte de valeur refuge. Sa recette ? La simplicité mais aussi un aspect robuste véritablement rassurant. Au niveau crosse, il s’agit d’un modèle assez ergonomique et à l’angle rappelant un peu celui de la Marc Valentin N°6. La gâchette est réglable et souple (en utilisation mono sandows), bref rien à dire. Le talon d’armement est bien large et facilite le chargement. Enfin, l’accroche fil est ici positionné sur le dessous et fonctionne à merveille.

Côté tube, nous sommes en présence d’un tube rond de 28mm gainé (il passe ainsi à 30mm). Nous retrouvons ici un système assez original de guidage puisque de petits guides amovibles de 55mm sont intégrés dans la structure même du tube sur toute la longueur. La tête est classique, solide bref sans soucis. Pour finir, elle est équipée de sandows booster 16 d’une longueur de 24cm avec obus classique et d’une flèche inox.

 

 

 

En Piscine :

Première mise à l’eau et première surprise, en effet, si à l’air la Merou d’Or ne dégage pas une grand finesse, une fois à l’eau, elle se transforme en un des modèles les plus légers de ce test. Positionnée au fond, l’arbalète est stable, bien à plat et aucun effort ne parasite le poignet. Autre point très positif, le talon de chargement ne gène pas la visée et même contribue à la réalisation de la mire en étant associé à une tête pourvue d’une marque à cet effet. Le tir est bien linéaire et sans recul important.

Côté régularité de tir à l’exercice du tréteau, la Merou D’Or montre une bonne régularité de zone en mono sandows, en double sandows la zone est un peu moins régulière en raison d’un recul moins bien géré.

 

 

En mer :

Légère, la Merou d’Or est un modèle vraiment facile à vivre lors des déplacements en surface et parfaitement adapté pour les longues sorties. Premier canard, l’arbalète se plaque sans problème contre le corps et même mieux son gainage participe aussi à rendre la préhension du tube plus aisée. Et justement parlons en du gainage ! S’il représente une bonne surface antidérapante, il fonctionne aussi comme un revêtement formidable atténuant tous les bruits parasites (choc contre un rocher, …). Au fond, on retrouve une bonne stabilité et à l’agachon les tirs sont performants et assez puissants (à condition d’utiliser le deuxième cran). A l’indienne, la maniabilité est assez bonne bien que l’on sente quand même le diamètre un peu supérieur du tube. A trou, le modèle est rassurant grâce à une flèche de bonne qualité et une tête tout simplement incassable. Nous trouverons les limites de ce modèle dans le fort courant ou la houle où en raison de la légèreté associée au diamètre de 30mm, on subira un peu plus les éléments. En double sandows, la gâchette se montre un peu plus dure et le tir un peu moins régulier.

 

 

Conclusion :

Si elle ne date pas d’hier, la Mérou d’Or Inox aura réussi à nous prouver durant toute cette période de test qu’elle était encore largement dans le coup. S’appuyant sur une construction simple, c’est le modèle sans soucis par excellence. Légère et stable, elle se montre particulièrement performante sur tous les registres dans des conditions assez calmes, au delà, en raison d’un diamètre supérieur il faudra passer sur une longueur plus faible. Par contre, les amateurs de longues sorties à la palme trouveront avec celle-ci un véritable atout lors des déplacements.


Les plus :

- la solidité

- Son gainage

- Sa légèreté


Les moins :

- une crosse un peu glissante

- un diamètre un peu important

 

 

 

Imersion Concept Pro 90 :

 

 

Présentation :

Deuxième véritable gamme alu chez Imersion, l’arbalète Concept Pro s’est toujours caractérisée par sa crosse réglable unique dans son genre. Nouveauté cette année, cette dernière a été réétudiée afin d’améliorer encore son ergonomie. Effectivement, comparée à l’ancienne, cette dernière semble bien plus ergonomique et surtout moins anguleuse. Ce qui caractérise aussi la gamme Concept, c’est aussi un niveau d’équipement supérieur à la gamme Mérou.

Ainsi, sur la Pro, on retrouve en série des sandows 20mm Megabooster, un flèche tahitienne Coraline (résistance 200kg/mm2) ainsi qu’un support moulinet et son moulinet garnis de 25m de drisse (un kit nylon est d’ailleurs fourni en supplément). Par ailleurs, nous retrouvons sur la Concept Pro le même gainage mousse que sur la Merou d’Or ainsi que le même tube rainuré garni de petits guides permettant un guidage intégral de ce modèle.

 

 

 

En piscine :

La concept Pro n’en est pas à son coup d’essai en piscine puisqu’il faut savoir qu’elle équipe nombre de pratiquants en tir sur cible. Equilibrée et légère, elle donne une certaine impression de facilité avant le tir. Adaptée pour une utilisation multisandows, la Concept Pro surprend par le côté souple de son mécanisme de détente.  Le tir part, puissant et bien linéaire. En terme de régularité, rien à signaler, on est systématiquement dans la même zone, un gage de facilité d’adaptation. Seule petite ombre à ce tableau, nous avons trouvé l’appuie de chargement positionné un peu haut et perturbant parfois un peu la réalisation de l’alignement tête /crosse.

 

 

En mer :

Comme pour la Merou d’Or, nous retrouvons instantanément son caractère léger et ainsi son très bon potentiel pour les longues sorties à la palme. Pareillement, grâce à son gainage mousse, la réalisation du canard est aisée, l’arbalète se positionnant parfaitement contre le corps. A l’agachon, la Concept Pro s’appuie sur sa bonne stabilité et gère plutôt bien la puissance générée par les fameux sandows Mégabooster 20mm. Bien sure, en raison de sa légèreté, on ressentira un certain recul. A l’indienne et à trou, ce modèle se montre assez à son aise grâce à une bonne maniabilité. Toutefois, dans le courant, comme pour sa consœur, il ne faudra pas hésiter à passer sur une longueur inférieure, la légèreté et le diamètre de 30mm la rendant un peu plus instable dans ces conditions. Essayée en double sandows, nous avons apprécié ici une crosse au mécanisme bien adapté, libérant la flèche en toute souplesse, le recul se faisant une fois encore un peu sentir (double sandows oblige).

 

 

Conclusion :

Polyvalente, la Concept Pro joue sur sa capacité totale d’adaptation. Ainsi, elle s’adaptera aux goûts de chacun grâce à ses divers possibilités de réglages (angle de crosse, guidage,..) mais aussi au type de chasse puisque l’on aura la possibilité de l’utiliser sur tous les formats de chasses y compris en double sandows pour des tirs puissants. Ses limites ? Emportée par son potentiel, on aurait parfois tendance à lui en demander beaucoup et à oublier qu'il s'agit, quand même, seulement d’un modèle en alu (sensibilité au recul, ou au courant). Bref, en plus d’être un modèle bien abouti, elle s’adaptera à tous les pratiquants de l’amateur au compétiteur.


Les+ :

- un équipement de haut niveau

- un crosse capable de gérer des doubles sandows

- une solidité vraiment rassurante


les - :

- un diamètre un peu important

- le talon positionné un peu haut

 

 

 

Marc Valentin Numero 6 :

 

 

Présentation :

Comment présenter ce mythe ? Vous parler de son concepteur, il y aurait tant dire …

La n°6 dénote par un look hors du temps. Ici pas  d’effet de mode, ce modèle semble, à l’image de son accroche fil, aussi simple que bien pensé. Et c’est là toute la force des modèles Marc Valentin, ne pas subir les dictats de la mode.

Le Numéro 6 est équipé d’une tête nylon robuste. On trouve en dessous de celle-ci un système de crochet rapide permettant de passer rapidement d’une utilisation en sandows classiques à un sandow monobrin voir double sandows. Le tube est un modèle simple de 28mm ( aucun guide ni autre option).

Enfin côté crosse, on retrouve la célèbre crosse Numéro 6. Terminée par un système d’accroche de moulinet pratique et rapide, cette dernière se caractérise par certainement une des plus grandes souplesses de mécanisme du marché. Le mécanisme est réglable grâce à une vis située sur le dessus de la crosse. L’angle est assez important et la poignée totalement ambidextre, pas de talon de chargement et le fameux double accroche fil tout simplement incassable. Côté accastillage, l’arbalète est disponible avec et sans moulinet, et est équipée d’une flèche inox de 6.5mm. Les sandows sont des modèles noirs à l’extérieur et blond  de  19mm de diamètre.

 

 

 

En Piscine :

Le chargement se fait sans problème au premier comme au second cran. Positionné sur le pas de tir, l’arbalète apparaît bien équilibrée. La prise en main est très intuitive et l’on comprend aisément pourquoi le succès de ce modèle aura su durer aussi longtemps : pas de temps d’adaptation. La queue de détente est parfaitement positionnée en bout de doigt. Premier tir et première surprise, la détente est effectivement très souple, pas de risque de coup de doigt ici, le tir part bien linéaire sans perturbation ... Bien équilibrée et saine, le recul est vraiment peu important à ce niveau. Résultat, le tir bien que puissant est très précis. En tir fixé, ils sont tous allés dans la même zone, à l’exception de ceux fait au deuxième cran un peu plus aléatoire. En double sandows, l’arbalète se montre moins à son aise et moins stable.

 

 

 

En mer :

Nous retrouvons le caractère sain découvert en piscine. L’arbalète est stable et  sa crosse tombe bien dans la main. En surface, ce modèle est léger et ne se fait pas sentir lors des déplacements. A l’agachon, on est en présence une nouvelle fois d’un modèle particulièrement stable et rassurant, seul le côté un peu glissant de la crosse pourrait être amélioré. Un fois encore les tirs se font tout en souplesse et surtout avec une régularité très intéressante. Au deuxième cran, les sandows de 20mm laissent libre court à toute leur puissance, parfois même un peu trop. A l’indienne, l’arbalète s’appuie sur son équilibre abouti mais aussi sur un encombrement assez minimaliste, on évoluera sans gêne y compris lorsque le courant se lève. Pas de soucis en chasse à trou où le passage de doigt bien large facilite le positionnement et la tête robuste rassure lors de tir parfois trop proche des rochers.

 

 

Conclusion :

Première véritable surprise de ce test, nous avions quelques appréhensions quand aux performances de cette arbalète simplissime. Résultat, elle a réussi à nous séduire dans bien des registres nous démontrant (s’il en était encore besoin) qu’il ne fallait pas se fier aux apparences. Bref, nous avons découvert une arbalète très saine, simple, robuste et particulièrement performante.


Les + :

- Seine, simple et robuste

- Performante

- Détente souple


Les moins :

- Inadaptée au double sandows

- crosse glissante

 

 

 

Mares Instinct GT 90 :

 

 


Présentation :

L’Instinct aurait pu être défini comme le précurseur d’une nouvelle vague. Design atypique, bonne finition,  toutes les qualités de bases sont là pour que la séduction opère. D’un peu plus prés, on retrouve la crosse Instinct à l’angle assez important, bien ergonomique et accrochant bien dans la main. Première surprise, la sécurité est directement inspirée de celle des pneumatiques Mares. Ainsi, une pièce bascule et vient se placer devant la queue de détente en la bloquant. L’accroche fil inox est placé sur le côté droit mais semble un peu petit pour les amateurs de double longueur. Le talon de chargement est bien large mais un peu haut. Le tube aluminium est un tube simple avec sur ses extrémités un petit guide. La tête est un système à mâchoire permettant l’utilisation d’un monobrin ou de doubles. Enfin cette arbalète est livrée avec un  sandow monobrin 16mm de 50cm.


En Piscine :

Si le talon est large, il reste assez douloureux lors du chargement. Ceci étant fait, en se positionnant au fond, l’arbalète semble assez stable malgré une crosse au diamètre un peu étroit plus adaptée aux petites mains. Ceci étant pris en compte, les tirs sont relativement puissants et assez précis avec une stabilité dans la moyenne. Quoiqu’il en soit, sur tréteau, les tirs sont réguliers et prouvent qu’il faudra essayer de trouver une certaine stabilité pour profiter au maximum de son potentiel. Au registre de la précision, nous ne regretterons qu’une chose, bien qu’évidé en son centre, le talon de chargement nous a semblé un peu trop imposant et tend à attirer l’œil, résultat, il faudra une petite acclimatation pour profiter des vraies qualités de ce modèle.


En mer :

Dans la moyenne en piscine, la Instinct GT va reprendre de son prestige en arrivant en mer. Et donc si elle n’est toujours pas parmi les plus stables, elle se trouve par contre parmi les moins sensibles au courant. Ainsi, à mesure que les conditions vont se durcir, ce modèle se montrera de plus en plus à son aise (dans certaines limites quand même). En action, elle trouve facilement sa place à l’indienne et s’avère très rassurante grâce à sa tête ouverte pour la chasse à trou (aucun risque de casse à ce niveau). A l’agachon, les sandows 16mm montrent un peu leurs limites et les puristes auront intérêt à passer sur du 19mm (disponible sur la 95 par exemple). L’utilisation en double sandows, si elle s’avère possible, ne devra pas être à elle seule un motif d’achat, l’arbalète se montrant un peu trop instable pour bien gérer cette puissance extrême.

 

 

Conclusion :

Derrière un look surprenant, nous avons découvert une arbalète assez intéressante et surtout polyvalente. Capable de fonctionner correctement dans un maximum de conditions, elle nous est apparue être parmi les plus sympathiques à vivre dans les conditions les plus sévères. Fiable et bien pensée, l’Instinct GT représente, pour nous, un achat intéressant pour les amateurs de simplicité et de houle.


Les + :

- bon comportement dans le courant

- polyvalente


les - :

- un peu instable

- talon de chargement massif

 

 

 

page     1 - 2

 


© Copyright Thomas PONS pour PSM-CAFE
Site propulsé par CMS Made Simple