SELECT * FROM cms_module_banners WHERE (category_id = "62") AND (expires > '2021-04-16 05:09:43' or isnull(expires)) AND (max_impressions = 0 OR num_impressions < max_impressions) ORDER BY RAND() LIMIT 0,1
28/07/2014

Rencontre avec Patrick Poggi


News Apnée

Apnéiste, chasseur sous-marin de l'extrême, il a su accrocher le top niveau français depuis bon nombre d'années. Pour autant, Patrick Poggi a su garder et préserver un côté fun pour ne pas dire une certaine Corsitude. A Nice, il tente un record du monde mais bute sur celui-ci. Comment l'a t-il vécu, quels sont ses projets,...Bref une rencontre s'imposait !

 

patrick poggi

 

 

1 - La présentation psmcafe : nom prénom, age, métier et signe particulier

Poggi Patrick Andrea Joseph

34 ans

Commercial

 

2 - On t'avait retrouvé en bonne forme en piscine à Nimes puis dernièrement à Nice, alors c'est la forme ?

Oui très bien, toujours, enfin pas toujours quand même !!! Mais bon il vaut mieux dire que tout va bien dans le meilleur des mondes, c’est plus simple non ?

 

 

3 - Plus sérieusement, comme as tu préparé ce retour et comment as tu vécu ces deux événements ?

P-P : Nîmes est arrivé un peu par hasard.

Pour retracer un peu l’évènement je vais commencer par le début de l’année 2014 en janvier plus précisément, j’ai créé une section apnée dans un club omnisports à Ajaccio, après discussion avec le président, on a trouvé des possibilités pour développer l’activité et c’est comme ça que le CSLG Apnée est arrivé.

J’anime les entraînements 2 fois par semaine et en étant aux bords du bassin, je ne peux pas être aussi dans l’eau.

 

patrick poggi

 

Le mercredi il y a entraînement STATIQUE et le Jeudi c’est le dynamique.

Un groupe s’est formé et j’essaye de transmettre mon expérience pour ceux qui le souhaite, toujours dans la bonne humeur et dans la sécurité. Le niveau augmente au fur et à mesure des entraînements et ça c'est gratifiant personnellement.

Pour en revenir à la compétition…..en tant que président de la commission FFESSM Apnée Corse je devais me rendre à Avignon pour l’Assemblé Générale Nationale et dans le même week-end il y avait aussi cette compétition de Nîmes.

Je m’inscrit et me voilà reparti comme quelques années avant pour une compétition.

Dans la semaine je fais un test à l’entraînement, comme ça, pour savoir où j’en suis, en statique.

Sans préparation et sans prétention, je débarque au bord du bassin, dans une eau chlorée qui me pique la peau et les yeux aussi ….

 

patrick poggi

 

Enfin bon je retrouve les copains, bonne ambiance, je me sens bien dans l’eau et la pression recommence à montée pendant l’échauffement. Je me suis quand même posé cette fameuse question qui, à un moment où à un autre, arrive toujours « qu’est ce que je fou là » je m’étais dit que je ne ferai plus le nénuphar dans une piscine. Le dicton est vrai  « il ne faut jamais dire jamais ».

Bon j’y suis, alors je ne vais pas me dégonfler quand même. Les sensations ne sont pas bonnes à l’échauffement mais je prends sur moi et je me dis que je vais limiter la casse.

Arrivé dans la zone de perf, je ferme les yeux et c’est parti. Je finis 3ème avec une perf à 6 min 46 s. Incroyable ……

Pour Nice ce n’est pas la même chose. Le poids constant c’est la discipline de l’apnée qui me motive le plus. Avec le CSLG nous aurions du avoir un bateau comme au CIPA mais malheureusement cela a pris du retard dans la livraison de celui-ci et à un moment il fallait que je m’entraîne, donc j’ai été voir Mme FERRACCI au CSJC (ancien Creps d’Ajaccio) pour faire une convention sur l’utilisation de leur bateau afin que nous puissions faire des entraînements au poids constant en vue de cette compétition. Sans le CSJC nous n’aurions pas pu faire tout cela, et je remercie Mme Ferraci directrice du CSJC Ajaccio.

Comme la convention a été signée entre la commission Corse apnée et le CSJC Ajaccio, J’ai proposé à tous les clubs de l’île et tous les apnéistes licenciés FFESSM de se joindre à nos entraînements qui se déroulaient tous les soirs de la semaine.

Une équipe s’est formée petit à petit, avec des rôles précis pour chacun en ce qui concerne la sécurité.

 

patrick poggi


Toutes les personnes présentes ont contribué à ce que tout et à n’importe quel moment se passent pour le mieux.

J’ai une confiance absolue envers mes amis et moniteurs qui se sont mis en 4 pour venir le plus possible le soir après la journée de boulot. Un grand merci à eux.

Mon premier entraînement en poids constant avec une monoplame a eu lieu le 9 juin dans le Golfe d’Ajaccio, juste avant une partie de pêche sous-marine.

En tout, j’ai fait 7 descentes avec, le mardi 25 juin, une plongée à 90 mètres.

Le jour des annonces des profondeurs, 30 sec avant d’annoncer la performance du lendemain je n’étais pas encore décidé sur la profondeur. Deux questions me trottaient inlassablement.

"J’assure une 2ème place avec 75 mètres ?  Ou je tente la première place du championnat avec en plus le record du monde CMAS à 95 mètres ?" Dur dur, très dur même.

L’histoire c’est que le mardi 25 je suis descendu à 90 mètres, très facile au masque, avec la bouche pleine d’air en bas, pas de fatigue à la remontée, peu de spasme, le bonheur quoi.

"Pu…. je le tente, oui je le tente, qui a peur ? Et un peureux qui fini à la 2ème place ça ne m’intéresse pas. 2ème ou 20ème c’est pareil pour moi. On ne se souvient que du vainqueur. Gregory Piazzola me pose la question alors ? tu annonces quoi ?

Et je dit ok je conserve mon annonce … 95 mètres. en 2 min 50 s.

 

 

3bis - Tu rates de peu les 95m, comment as tu vécu cette descente et surtout as tu prévu un nouveau rendez-vous avec les abysses ?

Le jour J, je suis en forme, confiant, pas de pression, tranquille. Sur le bateau d’échauffement, je vois un schtroumpf tout bleu dans sa combinaison qui fait des signes.

Et qui crie " ho le Corse, je suis là !"

"Oh p….. C’est Pierre Frolla !!!" je rigole et je sais qu’on va encore déconner en se charriant sur la pêche sous-marine …

Lors de ma descente tout se passe bien mais je fais une connerie sur la remontée d’aire dans la bouche, au lieu de faire une carpe inversée à 35 mètres, je la fais à 25, et je ne me rends pas compte tant je suis concentré sur la glisse et la position du corps. Arrivé à environ 60 mètres je ne compense plus le masque mais je sais que j’ai pas beaucoup d’air, à 75 mètres la tête dans un étau c’est la déche et à 80 je fais un effort monstrueux pour faire remonter l’air à nouveau dans le bouche et pouvoir compenser. Je réussi mais je me bloque 2 vertèbres et l’effort pour la compensation est trop important, en plus il y a eu cette sensation de tête écrasée et je sais que cela amplifie et favorise la narcose.

 

patrick poggi

 

Aller ça sert à rien, si je vais au bout c’est la syncope assurée. Je sers le bout dans ma main gauche et je tourne à 86 mètres.

Pendant la remontée je rumine sévère, déçu de ne pas avoir réussi. Pour la sortie je suis narcosé et ma vison est un type avec les bras sur la tête comme si c’était la fin du monde, le même geste qu’un joueur de foot quand il rate un but et puis maintenant il lève les bras, il m’engueule en plus, je le regarde plus,il est fou celui la !! Bon j’ai un protocole à faire et machinalement je retire le masque, je fais le signe « ok » et je dis très clairement " ok tout va bien ", Oh p…. j’ai loupé le protocole CMAS .. Bon tant pis, je suis disqualifié pour erreur protocole.

 

patrick poggi


L’essentiel sur cette plongée est de sortir le positif et c’est chose faite. Je suis descendu à 86 m au masque, rattraper une compens’ à 80 et surtout je suis ressorti sans incident et ça c’est le plus important, j’ai enfin pulvérisé la barrière psychologique qui me colle depuis 2009.

Maintenant je sais que je vais pouvoir aller plus loin. Par contre pour l’instant et pour cette année il n’y a pas d’objectif particulier, je laisse faire les choses et si une occasion se présente de faire une compétition en profondeur et que tout est réuni alors peut être je tenterai quelque chose, on verra …..

 

4 - En route pour une saison 2015 sur les chapeaux de roues ?

Oui je compte revenir à la compétition, revenir petit à petit avec des entraînements réguliers tout au long de la semaine. En fait je déménage en septembre 2014 à Nice. Je quitte mon île pour 2 ans. C’est pas qu’en Corse on a pas de quoi faire mais souvent je ne trouve pas la motivation nécessaire pour m’entraîner régulièrement.

- Des objectifs ?

Peut être, c’est pas en 2015 qu’il y a les championnats du monde individuel AIDA ?

Et qui sait, autant l’eau chlorée de Nice me permettra de jouer aussi en piscine et me qualifier pour les championnats de France FFESSM.

 

 

5 - Mais alors tu vas délaisser la pêche sous-marine avec ces entraînements ?

Pas du tout, mais alors pas du tout, je crois que si je n'avais plus la pêche sous-marine j’arrêterai l’apnée.

La pêche sous-marine c’est ma passion première, c’est encore autre chose que simplement l’apnée. Cette liberté et cette conquête des fonds marins que m’offre la pêche sous-marine et pour moi une aventure à chaque sortie. Aller sur des endroits très profonds et savoir que je suis le seul à mi être posé est une sensation extraordinaire. Découvrir des sites magnifiques, remplis de vie et les partager avec mes amis c’est simplement fantastique.

 

6 - Comment se passe une journée dans la peau d'un Patrick Poggi ?

En ce moment ? poaww très simplement, je profite un maximum du temps que j’ai avant le départ en septembre, au jour le jour, pas de stress.

Je ne suis pas du genre à rester inactif, même si des fois je suis capable de rester toute la journée à la maison, et oh !!! Repos des fois, souffle un peu !!!

 

7 - On te sait impliqué fédéralement notamment pour la reconnaissance de l'apnée et l'accès à la possibilité d'enseigner, comment vis tu cette situation ?

 

Alors cette question tombe pile au bon moment.

Je viens de passer le MEF2. Après avoir passé pratiquement une semaine dans le nord, à la base fédérale de Trebeurden dans les Côtes d’Armor, et j’ai obtenu ce que j’étais allé chercher

 

ffessm poggi

 

Je suis arrivé en tongue, short et tee shirt, normal pour un mois de juillet !! Et cette claque en sortant de l’avion, on se gèle ici, enfin bon c’est extra de pouvoir sortir des habitudes et je suis très heureux d’avoir passé une semaine en Bretagne. il y avait une très bonne ambiance entre nous les stagiaires avec beaucoup de partage notamment le soir pendant les révisions et avec les instructeurs nationaux qui sont vraiment très calés sur la pédagogie. Ils nous ont appris beaucoup de choses formidablement bien.

 

 

Maintenant que le MEF2 est dans la poche, je vais pouvoir former d’autres cadres au sein de la fédération. Ce sont des étapes qui j’espère un jour aboutiront à un diplôme d’Etat pour faire comme nos amis qui respirent sous l’eau.. Affaire à suivre.

L’apnée est une activité en pleine expansion est cela devient de plus en plus dur de faire du bénévolat, il y a beaucoup de demandes pour l’organisation de stages ou initiations avec le grand public mais c’est dur de trouver des encadrants en leur disant juste merci à la fin de la journée.

 

8 - Aujourd'hui, le public ne connaît pas ou peu les compétiteurs mais par contre l'apnée rencontre un énorme succès en vidéo ou photo (vidéos de guillaume etc). Comment expliques tu cela ?

Peut-être parce que jusqu'à présent l’apnée était présentée toujours sous la même forme, avec l’image du grand bleu …

Des performances qui pour des non apnéistes ne représentent pas ou peu d’importance.. Quand on est pas pratiquant on ne s’imagine pas ce que représente une profondeur de 100 m en poids constant. Oui tout le monde sais que ça fait beaucoup mais c’est tout.. c’est pas vraiment un sport spectaculaire ..

Guillaume a su attirer l’attention du grand public en sortant des sentiers. Un coté artistique avec bien sur des performances de champion du monde, il a trouvé le moyen de montrer l’apnée autrement que par le coté mystique et incroyable.

 

 

9 - Le mot de la fin ?

C’est en sachant de quoi on est capable, que l’on maîtrise ce que l’on fait … Pourquoi je dis ça ?

En temps que président de la commission Corse apnée à la FFESSM et responsable d’une section apnée dans un club je me dois d’informer les gens sur les Clubs d’apnée en corse, à Bastia il y a le Borgo sub et à Ajaccio trois clubs ..

Le Beluga, le Corsica apnée et le CSLG. Ça veut dire qu’il y a le choix pour ceux qui veulent se donner un peu la peine de savoir de quoi ils sont capables dans une sécurité optimale.. Il y a dans les clubs, des moniteurs, des encadrants, des hommes et des femmes d’expériences, qui savent répondre et conseiller à tous les niveaux et pour tous les niveaux. Tous les étés il y a beaucoup d’accidents d’apnée. C’est dur d’ouvrir le journal un matin et de voir que quelqu’un s’est noyé en allant pêcher … J’aimerai que les mentalités changent, l’apnée et la pêche sous-marine sont des sports à risques, il ne faut pas se sentir pousser des ailes. Il faut se méfier des vidéos du net, elles ne reflètent pas la réalité. Les gens qui postent ces vidéos sont entraînés et bien initiés avec certainement beaucoup d’expérience.. J’ai un message pour ceux qui pratique ce sport mais qui ne sont pas licenciés..

Venez aux entraînements piscine, l’hiver. Vous y apprendrez beaucoup de choses sur vous-même, vous toucherez vos limites, mais ce qui fait la différence c’est qu’au bord du bassin il y a quelqu’un qui vous surveille et qui conseille.

 

Merci à lui que nous ne manquerons pas de suivre la saison prochaine et bravo pour une telle authenticité  !

 

 

 

 

 


© Copyright Thomas PONS pour PSM-CAFE
Site propulsé par CMS Made Simple